Le point de vue du panda – Yuan Meng défend les siens !

Voici la seconde fois que je m’exprime sur le site de l’Œil de l’Exilé. J’y suis bien accueilli car j’y suis légitime, moi Yuan Meng, fils d’un couple enfermé dans un zoo français, enfermé comme je le suis aussi. Oui… Et à défaut de pouvoir jouir de ma liberté de mouvement, je tente de préserver ici ma liberté de parole. C’est toujours ça de pris.

Libre comme une cigogne noire

« Quand j’ai débarqué en Italie la première question que les policiers m’ont posée fût quel âge j’avais. Ça me semblait une question très intime, indiscrète. Je ne connais pas ma date de naissance car en Érythrée on ne fête pas les anniversaires. Mais ils insistaient, ils voulaient une date, un chiffre. J’ai ainsi découvert qu’ici c’est très important, alors que pour moi ça n’a rien à voir avec la réalité d’une personne. J’ai inventé. Ma mère disait que je suis né quand Reagan était président. Donc j’ai répondu 1981. »