• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Armand IRÉ]

La prise de la Bastille, lieu d’incarcération de tous les « ennemis du roi » le 14 juillet 1789, consacre l’épopée de la Révolution française, celle de la victoire du peuple sur la royauté.

Parade militaire sur les Champs Elysées lors du 14 juillet. [Photo tirée de defense.gouv.fr]

Parade militaire sur les Champs Elysées lors du 14 juillet. [Photo tirée de defense.gouv.fr]


Dans le sang et la tête tranchée de leur souverain d’alors Louis XV, les Français se sont donc déclarés libres en publiant la Déclaration universelle des droits de l’Homme et du citoyen. La France a ensuite assis sa puissance dans le monde en s’adossant de tout son poids à ses colonies africaines. Cette tutelle a fait du pays des droits de l’Homme la destination la plus prisée par les Africains dans le monde. Qu’ils soient immigrés, exilés, ou naturalisés, le 14 juillet, jour de commémoration de la souveraineté française, est jugée de la même façon par les Africains de France. Les quartiers de Château Rouge dans le 18e arrondissement et de Château d’eau dans le 10e ont été notre terrain de contact avec la diaspora africaine.

Louise M. est camerounaise de la région centre du pays des Lions qui ne sont plus indomptables, traînant un caddie bourré de denrées alimentaires et de produits éclaircissant vendus sous le comptoir, elle se dirige péniblement vers la ligne 4 du métro à Château Rouge. Malgré la lourde charge qu’elle traîne, elle se montre réceptive, mais sa réponse à notre question, à savoir que fera-t-elle le 14 juillet, est sidérante.
« Il y a quoi le 14 juillet ? , nous demande-t-elle avec un visage on ne peut plus sérieux.
– C’est la fête nationale française, madame.
– Aka ! Que c’est ma fête ? Je me rappelle même de celle de mon pays avant de parler de celle de la France ?
– Mais, madame, vous êtes en France ?!
– Oui, et alors ? »
Ce premier contact est en fait le résumé de toutes les conversations des Africains que nous interrogerons sur le 14 juillet français. Comme Louise, cette autre dame que nous avons croisée, médecin de son état propriétaire d’un pavillon en banlieue parisienne, elle ne se sent pas concernée par la célébration de la liberté retrouvée des Français.

Scène de marché à Château Rouge 18e arrondissement de Paris [Photo tirée de maps.google.fr]

Scène de marché à Château Rouge 18e arrondissement de Paris
[Photo tirée de maps.google.fr]

Aux encablures d’un restaurant ivoirien de Château d’Eau nous croisons un Sénégalais propre sur lui avec un air un tantinet « intello ». Il nous entraîne dans les dérives de la France en Afrique, où, selon lui, elle fait et défait les dirigeants, et finit par conclure sa longue tirade par la triste histoire du camp de Thiaroye, où des centaines de tirailleurs sénégalais revenus de la Deuxième Guerre mondiale ont été décimés par l’armée coloniale française alors qu’ils réclamaient que leur prime de démobilisation soit convertie en CFA au même taux de change qu’en métropole .
Autre décor, un café situé à l’entrée de la rue Labat de Château Rouge, l’un des quartiers africains de Paris. Ici, la clientèle est de toutes les origines du continent africain. Les Maghrébins sont attablés entre eux tandis que des Congolais, Camerounais et autres Ivoiriens parient sur des courses de chevaux autour d’une bière ou d’un café. Constat, ils s’en foutent royalement du 14 juillet, comme de leur premier pari il y a des années.
« Je suis en France depuis 18 ans, mes enfants sont français ainsi que leur mère, mais que voulez-vous que je fasse du 14 juillet ? C’est du carnaval, tout ça, on importe des troupes des armées africaines pour venir faire allégeance à l’armée française, leur véritable maître, et les chefs d’État invités reçoivent des tapes sur l’épaule en guise d’encouragement en tant que loyaux serviteurs des intérêts de la métropole », nous lance un congolais massif qui a gardé entier son accent kinois.

On nous lance au moment où nous prenons congé : «  Faites un papier sur les pensions des anciens combattants africains qui ont libéré la France et qui meurent de misère ».
Assurément, nous sommes vraiment les seuls en tant qu’Africains à nous intéresser à la fête nationale de notre pays d’accueil.

 

[Cliquez ici pour lire les autres réflexions des plumes de la MDJ]

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL