• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Jean-Jules LEMA LANDU]

Le contient africain, on le sait, est ravagé par plusieurs fléaux. La pauvreté, les maladies endémiques, l’analphabétisme et les guerres récurrentes sont parmi les plus dévastateurs. Au début des années 2000, l’Onu a mis en place un programme pour les pays du Sud, avec vocation d’améliorer le sort « des plus défavorisés de la planète ». Il s’agissait des 8 « Objectifs du millénaire pour le développement » (OMD). L’année 2015 a été retenu comme date buttoir. Qu’en est-il, aujourd’hui, de l’Afrique ?

Les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) [source : un.org]

Les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)
[source : un.org]


 

L’Onu a également initié, en septembre 2015 – faisant donc de cette période une année charnière -, un second programme, portant sur 17 « Objectifs de développement durable » (ODD), adopté comme le premier par tous ses 193 pays membres. Universel, celui-là, et plus ambitieux, car alignant aussi l’environnement, il va jusqu’à toucher les aspects liés à la paix, à la justice et à l’efficacité des institutions. Son échéance est fixée à l’horizon 2030. L’Afrique des dictatures s’y retrouve dans les premières loges.

Si le bilan de ce premier faisceau d’objectifs (OMD) n’est pas totalement positif, il a au moins le mérite de montrer que le mal n’est pas une fatalité. On cite en exemple la pauvreté (quand on vit avec moins de 1,25 $ par jour, seuil défini par la Banque mondiale), les statistiques prouvent que pour chaque espace de trois ans, le continent connaît une diminution de 9 millions de pauvres. Ce standard est tiré des calculs effectués entre 2005-2008 : de 395 millions de faméliques, ce chiffre est tombé à 386 millions.

(source : oeildafrique.com)

(source : oeildafrique.com)

Un autre exemple qui inspire est à trouver dans le domaine de l’éducation. En 10 ans, entre 1999 et 2009 le nombre des enfants non scolarisés a diminué de 13 millions, passant de 43 millions à 30 millions. On épingle le même « progrès relatif » dans quasi tous les autres Objectifs. Sauf dans l’univers de la mortalité infantile (avant 5 ans), où le nombre s’est sensiblement élevé, entre 2002-2014, à 174 morts sur 1 000 naissances. Comparativement, ce chiffre a baissé, un peu partout, de 90 à 43 décès sur 1 000 naissances.

Ce que, globalement, l’Afrique n’est pas encore sortie de l’auberge. Mais, pourquoi cette inhibition et comment en venir à bout ?

De but en blanc, on relèvera des « motifs classiques », telle la question liée à l’insuffisance de financement, qui exige plusieurs dizaines de milliards d’euros, ou à la situation de certains Etats, qualifiés de pauvres, par exemple ; mais à s’obstiner dans les détails, on y découvre aussi le diable : le « syndrome de Peter Pan ». Autrement dit, cette maladie liée au refus de devenir adulte. Les Africains ne veulent pas grandir. De « grands enfants », aux yeux de l’Occident.

« ODD » est déjà entré en vigueur, après « OMD ». Jusqu’en 2030. Peu de dirigeants africains y pensent. Il y a en a même ceux qui vont jusqu’à en oublier l’existence. En attendant que le continent guérisse du complexe nuisible évoqué ci-dessus, à charge pour la communauté internationale de « boucher le trou ».

 

 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL