Continuer le combat

INTERVIEW POUR L’EXPOSITION WAITING

Dans le cadre de l’exposition «WAITING – Une réflexion sur l’attente», nous proposons une série d’interviews d’artistes journalistes qui exposent et qui ont trouvé refuge au sein de La Maison des Journalistes – MDJ.

Hicham Mansouri est un journaliste Marocain, qui a dû s’exiler en France après avoir été accusé par les autorités « d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ». A l’occasion de l’exposition, il présente une calligraphie sur l’attente.

Pouvez-vous me parler de votre calligraphie ?

La lettre arabe permet une grande flexibilité d’expression. J’ai pensé à exprimer l’attente en jouant sur la ressemblance entre intidar (attente), intihar (suicide) et intissar (victoire). Les trois états sont liés.

On attend avec patience dans l’espoir d’obtenir la protection (sécurité) et de pouvoir continuer le combat pour la démocratie depuis l’exil, ce qui est une victoire. C’est également une situation précaire et très douloureuse qui peut vous amener au suicide symbolique, voire physique. Une seule lettre change complètement le sens. Cette fragilité du mot exprime aussi celle de la situation d’attente.

Avez-vous une attente particulière sur l’exposition «Waiting» ?

J’ai hâte de découvrir les travaux des autres journalistes et écrivains résidents de la Maison des Journalistes. Je m’attends aussi à échanger avec le public sur l’exposition mais aussi sur la vision de l’attente.

J’aimerais aussi de passage, remercier Cécile Hambye qui a mis en place ce projet. Elle a été patiente et persévérante dans son travail et elle a vécue, durant cette expérience, durant le montage de cette exposition, beaucoup d’attente.

Vous retrouvez-vous dans les autres productions ?

J’ai beaucoup aimé le poème d’Abdelmoneim Rahamtalla où il parle, avec beaucoup de sarcasme, d’une société de papier : documents d’identité, récépissés, tickets d’attente, et même documents quand on meurt…

C’est totalement absurde cette situation où l’on résume la vie d’un être humain à un bout de papier.

Découvrez d’autres articles de l’Oeil de l’exilé :

/par

Sony Labou Tansi, le génie rebelle !

[CULTURE] Sony Labou Tansi, un nom qui résonne encore en echo bien des années après sa mort. Une réputation qui a dépassé les frontières du Congo, et même de l'Afrique. Pour preuve, depuis 2003, le Festival des Francophonies en Limousin décerne un prix, celui de la meilleure pièce de théâtre. Ce prix lui rend hommage en portant son nom.
/par

Chasse à l’homme en Mauritanie

[ELECTIONS EN MAURITANIE] Les journalistes et les activistes des Droits de l’Homme sont devenus la cible des autorités. Pour compromettre la marche de la liberté et l’éveil des consciences, des plaintes sont de plus en plus nombreuses. Bien sûr, le fait que la campagne présidentielles débute n’est pas étranger à cette repression. Surtout qu’il faut ajouter les élections législatives, les municipales et les régionales, le tout en 2019 !