Continuer le combat

INTERVIEW POUR L’EXPOSITION WAITING

Dans le cadre de l’exposition «WAITING – Une réflexion sur l’attente», nous proposons une série d’interviews d’artistes journalistes qui exposent et qui ont trouvé refuge au sein de La Maison des Journalistes – MDJ.

Hicham Mansouri est un journaliste Marocain, qui a dû s’exiler en France après avoir été accusé par les autorités « d’atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ». A l’occasion de l’exposition, il présente une calligraphie sur l’attente.

Pouvez-vous me parler de votre calligraphie ?

La lettre arabe permet une grande flexibilité d’expression. J’ai pensé à exprimer l’attente en jouant sur la ressemblance entre intidar (attente), intihar (suicide) et intissar (victoire). Les trois états sont liés.

On attend avec patience dans l’espoir d’obtenir la protection (sécurité) et de pouvoir continuer le combat pour la démocratie depuis l’exil, ce qui est une victoire. C’est également une situation précaire et très douloureuse qui peut vous amener au suicide symbolique, voire physique. Une seule lettre change complètement le sens. Cette fragilité du mot exprime aussi celle de la situation d’attente.

Avez-vous une attente particulière sur l’exposition «Waiting» ?

J’ai hâte de découvrir les travaux des autres journalistes et écrivains résidents de la Maison des Journalistes. Je m’attends aussi à échanger avec le public sur l’exposition mais aussi sur la vision de l’attente.

J’aimerais aussi de passage, remercier Cécile Hambye qui a mis en place ce projet. Elle a été patiente et persévérante dans son travail et elle a vécue, durant cette expérience, durant le montage de cette exposition, beaucoup d’attente.

Vous retrouvez-vous dans les autres productions ?

J’ai beaucoup aimé le poème d’Abdelmoneim Rahamtalla où il parle, avec beaucoup de sarcasme, d’une société de papier : documents d’identité, récépissés, tickets d’attente, et même documents quand on meurt…

C’est totalement absurde cette situation où l’on résume la vie d’un être humain à un bout de papier.

Découvrez d’autres articles de l’Oeil de l’exilé :

/par

Théâtre : hommage à Anna Politkovskaïa et à la liberté d’informer

[THÉATRE] Opposante au jeune président Vladimir Poutine, Anna Politkovskaïa était un symbole vivant bien avant sa mort. Célèbre autant pour avoir couvert le conflit tchétchène et les exactions de l'armée russe, que pour ses investigations sur le pouvoir en place, la corruption, les violences, Anna Politkovskaïa était particulièrement menacée.
/par

Il y a 28 ans, jour de fête nationale, commençait le génocide mauritanien

[CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ] 28 ans après l'indépendance qui divise encore la Mauritanie, des veuves et des orphelins sont descendus dans la rue pour commémorer les pendaisons des militaires noirs d'Inal, les 27 et 28 novembre 1990. Cette manifestation a été réprimée par les forces de police. Le communiqué ci-dessous des victimes montrent l'unité nationale encore loin car victime de son passé non résolu. L'Etat a reconnu sa responsabilité dans ces crimes mais peine à donner des droits aux victimes.