« La non violence ne s’est jamais traduite par de la passivité ou de la faiblesse »

Rencontre avec le petit fils du Mahatma Ghandi à Paris

Chargé de porter le message de son grand père, à travers le monde, Arun Manilal Gandhi, petit fils de Ghandi et fondateur du Ghandi Worldwide Education Institute est en ce moment en tournée dans 22 pays pour la promotion de son neuvième livre intitulé «Le pouvoir de la colère», traduit de l’anglais au français par les éditions Marabout.

Du haut de ses 84 ans, l’écrivain et militant, petit-fils du chantre et porte drapeaux de la non-violence, assassiné le 30 janvier 1948 à New Delhi, semble déterminé à perpétuer le combat et la cause du guide spirituel de l’Inde.

Rencontré le dimanche dernier, près de l’hôtel Edward 7, où il a séjourné pendant quelques jours, il nous a accordé une interview express que nous voulons vous livrer :

Quel est le message que vous voulez transmettre au peuple français à travers votre livre ?

Arun Manilal Gandhi : la non-violence et la paix dans le monde. La construction d’une société respectueuse vivant dans une totale harmonie. Une société où règnent la compassion et le respect. Car, les peuples qui vivent en harmonie, les uns avec les autres, vivront en paix. L’harmonie est source de sérénité et de respect.

Était-ce aussi le message du Mahatma Ghandi tout au long de sa vie !?

Absolument ! Je véhicule, à mon tour, ce message et je voulais commencer par Paris pour me rendre demain à Berlin, car nous avons besoin de tout cela dans le monde dans lequel l’on vit. Il faut démanteler la violence sous toutes ses formes…

Ce n’est pas votre premier livre, j’imagine !?

C’est mon neuvième livre…

Est-ce l’ensemble de vos livres traitent du même sujet et, véhiculent le message de la non- violence ? Pourquoi spécialement le chiffre 11 ?

Oui ! Je voulais répandre à travers ce livre les 11 leçons de vie que m’a enseigné mon grand-père avec lesquelles j’ai vécu et je vis toujours, et porter cela jusqu’au fin fond des quatre coins du monde !
Et le chiffre 11 est symbolique pour moi, car ce sont les 11 leçons primordiales et trop importantes à mes yeux !

Est-ce vous sur la photo de la couverture du livre ?

c’est moi ! J’étais très proche de mon « papoudji » (mon papi), surtout durant les deux dernières années qui ont précédés son assassinat.

Merci infiniment de m’avoir accordé ce court entretien

Merci à vous et, au plaisir !

Propos recueillis par Hamid BOUZID

Les 11 leçons enseignées dans le livre sont :

Utilisez la colère à bon escient

N’ayez pas peur de prendre la parole

Sachez apprécier la solitude

Connaissez votre propre valeur

Ne vous embarrassez pas de mensonges

Le gâchis est une forme de violence

Soyez un parent non-violent

L’humilité est une force

Les cinq piliers de la non-violence

Vous serez mis à l’épreuve, leçons pour aujourd’hui.

Découvrez d’autres articles de l’Oeil de l’exilé :

@Laure Gilquin
/par

La Tsigane de lord Stanley – Conte insurgé de la route et du voyage

[SPECTACLE THÉÂTRE] «La Tsigane de lord Stanley» a eu lieu à la Halle des Blancs Manteaux dans le 4ème arrondissement. Une pièce de théâtre d'une heure qui a pour double thème l’exil et l’amour, avec la participation de 24 enfants comédiens-chanteurs. C’est un formidable travail de Christine Pellicane, metteuse en scène et auteure de nombreux spectacles de la compagnie Tamèrantong.