• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Johnny BISSAKONOU – johnnybissakonou @ gmail . com]

 

En général la date du 8 Mars ne me dit rien.  Est-il important de consacrer une journée à la femme ? Bof, si cela les amuse de se prendre pour le nombril du monde…Du moment qu’elles célèbrent cette journée entre elles,  de quoi je me mêle ? Il existe bien une journée internationale de l’homme mais qui passe quasiment inaperçue. Cependant, les récents évènements que j’ai vécu m’ont poussé à réfléchir plus longuement à cette question.

Catherine Samba-Panza (Photo de www.terrafemina.com)

Catherine Samba-Panza (Photo de www.terrafemina.com)

 

 

Il m’est même arrivé de haïr les femmes parce qu’elles ont le droit de pleurer, et le droit d’être faible. Moi je ne le peux pas, parce que chez moi un homme, un vrai circoncis n’affiche pas sa faiblesse devant les gens. Quand mon oncle me racontait au téléphone l’assassinat de mon petit-frère, j’ai eu un moment de faiblesse…Quelques secondes de sanglots qui ont suspendu son récit. Je n’ai pas eu droit à cette consolation qu’une de mes sœurs aurait eue. Il m’a reprit sévèrement : « Mo yeke ouali ? ….» Je traduis presque mot à mot : « T’es une femme ou quoi ? Arrêtes de sangloter dans mes oreilles, ce sont des hommes comme toi qui nous ont fait ça, nous irons à Bouca leur montrer notre virilité »…Il me demandait de payer son transport jusqu’au village, de payer des féticheurs pour régler leur compte aux assassins…

 
Une femme aurait eu raison de fuir et se réfugier en France si elle était dans mon cas. Mais comment un homme au-lieu de rester se battre a choisi de fuir comme un lâche? Quand je discute avec certains compatriotes, c’est à-peine s’ils me traitent de poltron, parce qu’eux sont restés et affrontent la mort…Chez moi un homme, un vrai ne recule jamais devant le danger. L’homme est celui qui défend sa maison face à l’ennemi, c’est encore celui qui peut fièrement brandir son coutelât ou sa machette et être aux premières loges lorsqu’il y a du danger.

 
Il y a cette tradition, je crois qu’elle existe partout même en France, qui veut à ce que l’homme soit l’être fort. C’est la femme qui a droit à la faiblesse, aux sentiments. La femme c’est le sexe faible…Moi je suis un homme, pleurer ne m’est pas permit.

 
Quand j’étais petit, pendant les grandes vacances grand-père nous réveillait à l’aube pour aller aux champs. Malheur à moi si je n’étais pas debout au premier appel de mon nom. L’homme ne dort pas comme les femmes. Au moindre bruit, l’homme doit pouvoir du plus profond de son sommeil demander qui va là ? Pauvre homme, la privilégiée, le bourreau c’est la femme ai-je pensé…

 
Alors je me suis permit de rêver, je me suis vu en patriarche établissant les règles de fonctionnement de la société que j’ai créé. Je me suis fait un film pour me consoler et me satisfaire de mon sort…Pourquoi être triste ? Je suis un homme et l’homme est le chef de la femme. L’homme est le chef du foyer c’est lui qui crie sur la femme il a toujours le dernier mot.

 
Je suis fier d’être un homme car c’est le garçon qui a le droit d’aller à l’école. La place de la fille est au foyer aux côtés de sa mère pour apprendre à devenir une bonne ménagère et à s’occuper d’un mari. A l’école, c’est le garçon qui est censé avancer de part ses propres efforts et la fille ne peut réussir que moyennant quelque chose…

 
Dans l’administration, une femme même si elle a le profile adéquat ne peut occuper un poste administratif réservé à la junte masculine. L’homme c’est le PDG, et la femme sa secrétaire. Si cette dernière est docile, soumise pourquoi pas une promotion ? (Canapé bien-sûr)…En un mot l’homme est un dieu c’est lui qui commande et c’est lui qui donne : Des coups à la femme battue, la femme violée l’est par l’homme, la femme réduite en esclave, celle qui n’a pas le droit d’avoir un point de vue, la moins que rien. J’ai aussi eu une pensée pour la femme qui souffre les douleurs de l’enfantement, après avoir porté une grossesse pendant neuf mois. J’ai pensé à celle qui allaite et éduque, celle qui nourrit les enfants et qui ne dort pas quand le bébé tombe malade. J’ai pensé à ma mère, à celles qui donnent la vie, j’ai pensé à mes sœurs…Quand j’ai pensé à toutes ces femmes, j’ai eu honte de moi, honte d’avoir pensé toutes ces choses. Heureusement qu’on est au 21e siècle et que plus personne (?)  n’a ce genres de pensée…

 
Et quand je pense à mon pays, je suis plutôt content qu’une femme soit à la tête de l’Etat Centrafricain comme Présidente de la transition.

 
Septième chef de l’Etat depuis l’indépendance de la RCA, Madame Catherine Samba Panza est la 3e femme Présidente en Afrique, après  Joyce Banda au Malawi et Elen Johnson Sirleaf au Liberia.  La première Cheffe d’Etat en Afrique francophone. Elle n’a pas été élue à l’issue d’une élection normale dira t-on. Mais tous les centrafricains sont unanimes sur la volonté de rupture. Les hommes politiques centrafricains, tous sans exception ont mis le pays dans cet état grabataire. Peut-être qu’une femme réussira là où ils ont tous échoué et montré leur limites.

 
Sur ce, je souhaite bonne fête du 8 Mars à toutes les femmes du monde et en particulier à toutes les femmes de Centrafrique. Que les femmes apportent la paix dans le pays, dans les foyers et dans les cœurs.

 
 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL