• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

Par René DASSIE

Emprisonné depuis 17 ans au Cameroun pour des détournements de deniers qu’il a toujours contestés, le Français Michel Thierry Atangana va pouvoir être libéré, à la faveur d’une remise de peine décidé par Paul Biya, le président camerounais, suite aux pressions internationales (pour en savoir en plus, cliquez ici : « Affaire Michel Thierry Atangana : Paul Biya fait-il marcher François Hollande ?  »).

michel atangana 1La plupart des observateurs en conviennent : le décret signé mardi par Paul Biya « portant commutations et remise de peines au bénéfice de personnes condamnées et détenues pour infractions diverses » vise expressément Michel Thierry Atangana, même s’il ne désigne pas nommément prisonnier . Le premier des cinq articles du texte de trois pages indique en effet qu’une remise totale de peine est accordée aux personnes condamnées pour détournement de deniers publics, et qui auraient déjà passé plus de dix ans en prison.

Michel Thierry Atangana a été condamné pour la première fois à 15 ans de prison en 1997. Officiellement pour détournement de fonds publics. Alors qu’il avait entièrement purgé cette peine, il a été rejugé pour les mêmes faits en 2012, et a écopé d’une nouvelle condamnation à 20 ans, augmentée d’une contrainte par corps de 5 ans. Son compagnon d’infortune, l’ancien ministre Titus Edzoa, a subi le même traitement judiciaire.

Pour le ministre camerounais de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, le décret pris par le président, à la veille de la célébration du cinquantenaire de la réunification du Cameroun, traduit l’esprit de « tolérance et de pardon » de Paul Biya. Une analyse qu’on ne partage pas à Paris. « Il y a tout un habillage autour de ce décret, mais c’est bien Atangana qu’on libère à travers ce texte », a réagi Me Dominique Tricaud, un des avocats français de Michel Thierry Atangana.

Pressions

Ces derniers semaines en effet, la pression s’est accru sur Paul Biya. Dans un rapport publié début février, le groupe de travail de l’ONU sur la détention constate le caractère arbitraire de la détention de M. Atangana : « Toutes les instances judiciaires intervenues dans sa très longue privation de liberté ont manqué d’impartialité et il a été jugé deux fois pour les mêmes faits », écrivent les experts onusiens. Les Nations unies réclament par conséquent sa «  libération immédiate » et conseillent à l’État camerounais de lui verser une « indemnisation réparatrice des préjudices causés ».

L’intervention de l’ONU qui aurait crée un vent de panique à Yaoundé, est venu renforcer d’intenses tractations diplomatiques, à la fois officielles et souterraines, engagées par François Hollande, dès son arrivée à l’Élisée. Alors que ses prédécesseurs, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy avaient fait peu de cas de la situation du Français d’origine camerounaise, le nouveau président va prendre son dossier en main. Au prisonnier, il écrit une lettre, dans laquelle il lui fait part de sa sollicitude. Lors d’une interview sur France 24 et TV5, il juge « inadmissible », sa longue détention. Mais surtout, il interpelle directement et régulièrement Paul Biya qu’il invite à trouver une issue rapide à l’affaire, de sorte que le président camerounais finit par lui promettre qu’il gracierait Michel Thierry Atangana. Et lorsque Paul Biya traîne des pieds, François Hollande reprend sa plume, pour lui rappeler sa promesse.

Pendant ce temps, sur le terrain en France, le comité de soutien à Michel Thierry Atangana, présidé par Dominique Sopo, ancien président de SOS Racisme multiplie les actions dans les médias et dans la rue. Les Parisiens se familiarisent avec le visage et l’histoire de M. Atangana, à travers des campagnes régulières de tractage, d’affichage et de manifestations publiques.

Toutes choses qui auront pour effet, d’écorner l’image de Paul Biya, réputé très discret et peu connu du public français, en dépit de ses plus de 30 ans de règne sans partage sur le Cameroun.

Paul Biya a donc cédé à la pression, et Michel Thierry Atangana devrait pouvoir respirer l’air de la liberté, après avoir passé plus de 17 ans dans un réduit aveugle de 7m², niché au sous-sol d’un immeuble du ministère de la Défense à Yaoundé. Toutefois, ses soutiens restent prudents. «  Tant que Michel Thierry Atangana n’aura pas quitté sa cellule, nous resterons extrêmement vigilants. Il faut qu’il y ait une décision formelle qui soit prise par le ministre de la Justice. Il y a aussi les délais pour la levée d’écrou, elle peut être extrêmement rapide comme elle peut prendre quelques heures ou quelques jours », a indiqué Dominique Sopo, sur RFI. Pour sa part, Me Dominique Tricaud prépare déjà le combat qui suivra sa libération. « Nous allons maintenant veiller à son indemnisation et à la prise de sanctions contre ceux qui sont responsables de sa détention », a-t-il indiqué. M. Atangana serait détenteur vis-à-vis du gouvernement camerounais d’une créance évaluée à 338 milliards de Francs CFA, c’est à dire plusieurs centaines de millions d’euros.

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL