• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Jean-Jules LEMA LANDU]

C’est depuis plus de deux décennies qu’existe le multipartisme en Afrique et que les élections s’y déroulaient. Mais, jusqu’il y a peu, celles-ci se résumaient à la pratique sinon des tricheries ouvertes, du moins à celle du vote obligatoire pour les dictateurs ou, alors, au fait de l’ignorance totale du sens de l’acte que posait l’électeur. Désormais, ce courant semble avoir rencontré des vents contraires, imposant au navire la direction vers un autre cap.

(source : aps.dz)

(source : aps.dz)

Dans un bilan à mi-parcours sur des scrutins qui ont eu lieu, en 2015, nous avons décerné, en novembre dernier, un satisfecit sur l’ensemble des opérations. Avec, toutefois, cette nuance qui voulait montrer que les contestations exprimées ici et là, accompagnées de tensions et de violence, « participaient des douleurs d’enfantement d’une Afrique nouvelle ». Nous pensons être en droit d’exprimer le même thème de satisfaction, mesurée, pour la série qui vient de se clôturer, en avril, 2016. En attendant la grande boucle avec le Gabon, en août, et la RD Congo, en novembre.

Quid de cette nouveauté, en éclosion ? Quels en sont les facteurs endogènes, d’un côté, et les influences exogènes, de l’autre ? La « neutralité » supposée de la France, considérée, jadis, comme l’ « ange tutélaire » des dictateurs, a-t-elle ou non sa part d’explication dans ce contexte précis ?

Le chiffre est impressionnant : sur 2 ans, 15 pays auront voté pour choisir leurs dirigeants, dont 10 sont d’anciennes colonies françaises. Dans ce cas-là, le mot démocratie peut être prononcé. Même sans panache. Car, dans l’ensemble, seuls le Burundi et le Congo ont droit à un bonnet d’âne, en raison de la mort d’hommes en masse, qui leur est imputable. C’est donc une évolution notable, par rapport au passé.

La raison est, d’abord, interne. Sans statistiques précises, la résorption accélérée de l’analphabétisme et l’appropriation de la révolution numérique en font des facteurs majeurs. L’Afrique vit au rythme du « village planétaire » de Mc Luhan, plongée dans la magie des « réseaux sociaux ». Un journaliste canadien résume cette réalité par l’image de la « houe et du téléphone portable » que porte, depuis, un simple cultivateur africain. D’où le réveil de la jeunesse, dans des mouvements citoyens, à l’instar de « Y’en a marre » au Sénégal, désormais vent debout contre la dictature. Corollaire ? L’extinction des dictateurs.

En externe, il y a également un changement d’environnement. Les mœurs politiques ont partout évolué. En France aussi, où la « Françafrique », qui régissait tout à la « maison Afrique », à sa guise, semble ne plus être d’actualité. C’est comme si l’Elysée, depuis un temps, a commencé à garder ses distances par rapport à la politique interne de l’Afrique. Mais, la polémique, entre ceux qui voient toujours la main de la France dans le drame du continent et les partisans d’Achille Mbembe, est encore loin d’être tranchée. Pour le penseur camerounais, « la France n’est pas notre ennemie, et nous ne sommes pas ses laquais. Il faut assumer notre indépendance en bonne intelligence avec les grandes puissances ».

Si les dictateurs, d’un côté, se raréfient et que les « Françafricains », de l’autre, disparaissent, il y a lieu de dire que les dernières élections africaines ont été « bonnes ». Puisque sans ingérence, faute d’inhibiteurs et de collusion.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL