• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Jean-Jules LEMA LANDU]

J.-J. Lema Landu

Depuis le début du troisième millénaire, livres et articles de journaux sur l’Afrique ont déserté le camp de l’« afro-pessimisme ». A l’appui des statistiques, ils parlent plutôt du « réveil du continent ». Non sans en souligner l’incidence au niveau de la coopération internationale, l’Afrique étant un énorme gisement des ressources naturelles. Les perspectives qui s’en dégagent sont des plus alléchantes.

Du coup, le continent, ce malade grabataire, est à l’honneur. Dans une formule simple, les grandes nations s’empressent de l’inviter pour « parler amitié et coopération ». Selon un nouveau mode d’emploi, basé sur la négociation entre partenaires et la réciprocité des intérêts. Exit donc l’imposition du plus fort comme ce fut jadis le cas. Ainsi des sommets « Afrique-France », « Afrique-Chine », « Afrique-Amérique », « Afrique-Japon ».

Pourtant, auparavant, l’Afrique n’avait jamais eu la cote. Des siècles de plomb, marqués par l’esclavage, aux indépendances en trompe-l’œil, dans les années 1960, en passant par une colonisation impitoyable, le continent fut constamment l’objet de mépris. En 1950, Mgr de Hemptinne, évêque du Katanga (RD Congo), oubliant les consignes de l’évangile qui prônent le respect de l’autre, déclarait sans détour : « La race noire n’avait rien derrière elle. Peuple sans écriture, peuple sans Histoire, sans consistance aucune… » (1). Et Sarkozy de le relaye, à Dakar, en 2007.

Qu’en est-il, aujourd’hui ? Pourquoi cette « nouvelle ruée vers l’Afrique ? ». Les experts répondent par la vertu des chiffres. Ils nous disent que le taux de croissance (la production totale comparée d’une année à l’autre) de l’Afrique va augmentant chaque année, au point d’avoir atteint 5,6%, en 2013. Signe que le continent s’est mis en marche et à se débarrasser de sa torpeur. Ce géant qui s’élève est aussi une puissance démographique : 1,04 milliard d’habitants, en 2012. Ce chiffre, selon les prévisions, sera doublé dans vingt ans. C’est, à l’horizon, un grand marché de consommation qui est en train de se tisser. D’où la préoccupation de grandes puissances de baliser, d’ores et déjà, le chemin de la coopération.

Mais, en Afrique, il n’y a pas que cela qui est positif. Si a corruption persiste, si la dictature, cachée, reste de mise dans les arcanes des pouvoirs (à l’exception de l’Afrique du Sud et de quelques rares autres Etats), si les détournements de deniers publics, ainsi que tous les autres fléaux traditionnels tiennent encore le haut du pavé, les peuples, tout au moins, ont maintenant conscience de leur responsabilité dans la marche politique de leurs pays. Le Printemps arabe, tel qu’il s’était manifesté, n’était autre chose que cette volonté affichée des peuples de s’approprier leur destin.

Place Tahrir [Photo tirée de parismatch.com]

Place Tahrir [Photo tirée de parismatch.com]

Cet événement de fond, après avoir produit un effet papillon, a changé la figure et l’air ambiant de l’Afrique. Au point de créer un climat de confiance pour les investisseurs qui pensent maintenant « afro-optimisme ». Au fait, qui ne rêve, en Afrique, d’ériger une « Place Tahrir » pour en finir avec des régimes prédateurs ?

(1) Jeune Afrique n° 2711-2712, dans « Qui a tué Lumumba ? ».

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL