• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+
Samuel Eto’o Fils (Photo tirée par eurosport.fr)

Samuel Eto’o Fils (Photo tirée par eurosport.fr)

Au Cameroun, la loi du plus puissant est toujours la meilleure devant la justice. Avec beaucoup d’argent et surtout du pouvoir, on peut envoyer qui on veut en prison. Paul Biya qui préside aux destinées de ce pays tropical depuis trois décennies montre lui-même l’exemple de cet arbitraire judiciaire en mettant systématiquement à l’ombre ses adversaires politiques les plus résolus. Cependant, cette pratique qui est aussi répandue que la corruption qui gangrène le Cameroun n’épargne pas les citoyens ordinaires dans leurs rapports avec la police et la justice. Dernière victime en date : la dénommée Hélène Nathalie Séraphine Koah, une jeune femme de 27 ans, employée de Camair-Co, la compagnie aérienne du cru. Pour avoir pris la mauvaise décision de reprendre sa liberté vis-à-vis de son amant de sept ans, le célèbre footballeur Samuel Eto’o Fils, 33 ans, elle a été placée en garde à vue.

Peu avant de se rendre au Brésil où l’équipe nationale camerounaise dont il est le capitaine a fait une entrée chaotique dans la coupe du monde, le sociétaire de Chelsea, club mythique de la Premier League, le championnat d’Angleterre basé à Londres, a en effet ordonné à la police de Yaoundé de punir son ex-maîtresse qui désormais ignore ses multiples sollicitations.

Il y a une dizaine de jours, au petit matin alors que celle-ci rentre d’une virée nocturne avec des copines, elle est cueillie par des policiers qui l’emmènent sans coup férir et la jettent pour trois jours dans une sombre cellule. « Une séquestration en règle », dénonce la victime. Dans la foulée, les agents lui confisquent son véhicule et son passeport. Ils lui font aussi savoir qu’elle pourrait bientôt perdre son travail.

Lorsqu’elle leur demande ce qu’il lui est reproché, elle s’entend dire que Samuel Eto’o Fils qui est l’un des professionnels du sprint derrière le ballon rond les mieux payés du monde lui réclame beaucoup d’argent, jusqu’à 200 millions de francs CFA (304 000 Euros). Une somme qu’elle aurait détournée de sa vraie destination, expliquera laconiquement plus tard, Me Elame Bonny Privai, Avocat au Barreau du Cameroun et conseil du footballeur, selon lequel son client a déposé plainte pour abus de confiance.

Cependant, réagi Mlle Koah, si M. Eto’o s’est montré généreux tout au long de leur longue liaison, en la couvrant de cadeaux et en l’invitant dans ses luxueuses propriétés européennes, elle ne lui a jamais servi d’intermédiaire dans quelque transaction financière que ce soit. Elle serait tout simplement victime de la jalousie maladive du richissime footballeur qui supporterait mal que son « jouet de luxe », comme il l’appelait, lui échappe.

« Lorsque j’ai émis le besoin de le quitter, il s’est montré vraiment très violent. Avec des expressions du genre : « excuse-moi, c’est moi qui t’ai faite, c’est moi qui vais te défaire. Tu veux me quitter aujourd’hui parce que tu as déjà un travail, tu as forcément des hommes qui te tournent autour. Ça ne se passe pas comme ça. Moi quand je sors avec une fille et qu’elle décide de partir, elle me remet tout », raconte-t-elle dans une interview au journal camerounais La Météo.

Les policiers qui auraient reconnu qu’il s’agit d’une « affaire de fond de culotte » dans laquelle ils auraient reçu des « ordres venant d’en haut » lui auraient d’ailleurs conseillé d’aller faire acte de contrition devant Seigneur Eto’o Fils, dans l’espoir d’obtenir son pardon.

Cependant, c’est sur le terrain judiciaire et sous des cieux plus égalitaires qu’elle entend affronter l’homme qui lui promet l’enfer. Après avoir découvert avec horreur sur les réseaux sociaux des photos nue d’elle postées depuis Londres où évolue Samuel Eto’o Fils, elle a déposé deux plaintes à Londres et à Paris. La première pour « menaces sous condition, violence, et tentative de viol », et la seconde pour « publication de photos obscènes, atteinte à la pudeur ». On sait qu’en occident, le statut social ne pèse pas grand-chose devant la justice, contrairement au Cameroun. Le chanteur Longuè Longuè, très célèbre au Cameroun pour son Makossa engagé, qui a été condamné fin 2010 par la Cour d’assise de Bordeaux à dix ans 10 ans de prison ferme pour viol sur mineure de 16 ans, en sait quelque chose. Les lendemains de la coupe du monde pourraient ainsi être difficiles pour Samuel Eto’o Fils.

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL