• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par René DASSIE]

Derrière les déclarations officielles de soutien et de fidélité qui émanent des cercles tribaux autour du président camerounais se cachent des concurrents au trône qui n’hésiteraient pas à l’éjecter si l’occasion se présentait.

Le president du Cameroun Paul Biya [Photo tirée de lionindomptable.com]

Le president du Cameroun Paul Biya [Photo tirée de lionindomptable.com]

Depuis le retour du multipartisme au Cameroun dans les années 90, les cercles tribaux autour du président Paul Biya ne cessent de montrer qu’ils sont prêts à tout, y compris la guerre civile, pour conserver le pouvoir. De sorte que chaque fois que le pouvoir a semblé leur échapper, ils n’ont pas hésité à jouer avec le feu, en agitant le spectre de la division selon les critères de différentiation ethnique, provoqué et entretenu un climat nauséabond de suspicion, pour parvenir à leurs fins.
C’est dans cette perspective qu’il convient de situer leur dernière sortie du mardi 02 septembre, qu’ils ont appelé « l’appel de la Lékié », du nom d’un département proche de Yaoundé, connu pour sa fidélité au président.
L’intitulé exact du document paraphé par un ministre et d’autres personnalités : «Appel de la Lékié pour une guerre totale contre la secte islamiste et étrangère et ses complicités au Cameroun», qui suscite des réactions passionnées, rappelle ainsi que le Cameroun – comme son président l’avait déclaré en mai à Paris à l’issue du mini-sommet consacré à Boko Haram sous la houlette de François Hollande – fait face à une menace guerrière venue de l’étranger, en l’occurrence le Nigeria voisin. Plus loin, le document affirme aussi que dans leurs débordements meurtriers sur le territoire camerounais, les islamistes – qui ont fait de la lutte contre les valeurs de la civilisation occidentales leur leitmotiv- bénéficient de soutiens locaux.

L'appel de la Lékié : Cliquez sur l'image pour le lire (http://fr.scribd.com/)

L’appel de la Lékié : Cliquez sur l’image pour le lire (http://fr.scribd.com/)

Il s’agit dans les faits, puisque l’un des signataires du document se trouve être un membre du gouvernement en plein exercice de ses fonctions, d’une officialisation de la rumeur entretenue depuis quelques semaines, selon laquelle derrière le voile islamiste, se cacherait une insurrection armée partie du Grand-Nord Cameroun pour s’emparer du pouvoir.
Plus loin, le document rendu public après un conciliabule à Obala, petite ville de la Lékié explicite sous la forme négative, les intentions de ceux-là qui manœuvreraient dans l’ombre, pour arracher le pouvoir à Paul Biya.
Non au « chantage politique assimilable à une tentative de prise en otage ou de déstabilisation des institutions de la République ou à une conspiration politique, inspirée par des fins diverses, notamment des ambitions politiques personnelles ou régionalistes », peut-on lire dans le texte complaisamment publié par le quotidien officiel «Cameroun Tribune» et repris sous forme de publicité payante par des médias privés.
On a tôt fait de comprendre, la « déstabilisation des institutions » dans ces conditions n’étant pas l’affaire des citoyens ordinaires trop occupés à batailler pour joindre les deux bouts, que les signataires du document visent sans les nommer des élites politiques et économiques originaires de la partie septentrionale du Cameroun, qui pourraient légitimement aspirer à exercer un jour la magistrature suprême, dans un pays qui depuis trente-deux (32) ans, n’a pas connu d’alternance politique.
Ce sont eux que le texte qu’un journal local a qualifié de « document détonant sorti tout droit du laboratoire de la haine » désigne comme ennemis à abattre. Manœuvre politicienne sous faux drapeau.
Si l’accusation de conspiration dont ils sont ainsi l’objet est en effet gravissime, elle parait cependant douteuse, eu égard à la réalité sur le terrain. Il est en effet difficile d’admettre que des personnes influentes, engagées dans une rébellion pour prendre le pouvoir adoptent la stratégie à la fois ruineuse, stupide et suicidaire, de commencer par dévaster le territoire qui pourrait leur servir de base de repli. Jusqu’ici en effet, seuls les populations du Grand-Nord Cameroun ont payé un lourd tribut aux incursions des islamistes, ceux-ci ayant égorgé des dizaines d’entre eux, incendié les écoles de leurs enfants, détruit ou pillé leurs biens.

En réalité, l’« Appel de la Lékié » s’inscrit dans la logique des manipulations politiciennes habituelles de la caste qui règne à Yaoundé.

Le sommet du pouvoir se montre en effet de plus en plus chancelant, absent, hésitant et muet comme si par son silence assourdissant il se déclarait forfait et cherchait preneur pour une place manifestement vacante. Dans ce contexte, les milieux tribaux autour de Paul Biya, arc-boutés à leurs prébendes, ont de nouveau ressorti la vieille ruse de la stigmatisation d’une partie de la classe politique et partant, des populations qui leur seraient favorables, pour conserver le pouvoir, au prix d’une dangereuse diversion.

Henri Eyebé Ayissi et Jean Bernard Ndongo Essomba [Photos tirées de africapresse.com]

Henri Eyebé Ayissi et Jean Bernard Ndongo Essomba [Photos tirées de africapresse.com]

Cette stratégie de la division qui encourage la suspicion et poussent les citoyens à se regarder en chiens de faïence fonctionne depuis près de trois (03) décennies. Elle constitue avec la fainéantise et la villégiature, l’une des clés majeures de la longévité de Paul Biya au pouvoir.
En tête de la liste des signataires de l’ « Appel de Lékié », il y a deux personnalités politiques originaires du centre du pays, le bastion politique de Paul Biya : le ministre délégué au Contrôle supérieur de l’État, Henri Eyebé Ayissi et l’inamovible président du groupe parlementaire à l’Assemblée nationale du RDPC au pouvoir, Jean Bernard Ndongo Essomba. Avec eux , avancent masqués, d’autres personnalités politiques dans le proche entourage du chef de l’État.
Ce sont les mêmes qui depuis le coup d’Etat manqué d’avril 1984 contre Paul Biya œuvrent ouvertement pour saper l’émergence d’une conscience nationale, dans le seul but de conserver le pouvoir. Dans les années 90, lorsque le pays fut tout près de connaître l’alternance politique par la voie des urnes, ils stigmatisèrent les ressortissants de l’ouest, Bamilékés et Anglophones qui avaient massivement suivi la fronde contre le pouvoir et voté pour l’opposition. On vit ainsi apparaître le vocable « d’Anglo-Bami », pour désigner collectivement ceux-là qui appelaient au changement de tous leurs vœux. Des persécutions furent déclenchées contre eux et bon nombre de commerçants bamiléké furent chassés du sud du pays pendant que des hordes manipulées pillaient leurs biens. En représailles, des actions tout aussi malveillantes visèrent des fonctionnaires de l’ethnie du président, des bétis, vivant à l’ouest. On vit poindre le spectre de la guerre civile, lorsque l’ancien Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé, Basile Emah aujourd’hui décédé offrit lors d’une cérémonie publique à Paul Biya, tamtam, lance, arcs et flèches, pour bouter hors de la capitale ceux qui étaient désormais considérés comme des ennemis de l’intérieur, le pays n’étant engagé dans aucun conflit frontalier. Le calme revint difficilement et le trône fut conservé au prix d’un hold-up électoral.
Ce sont les mêmes qui poursuivant leurs œuvres, ont modifié la constitution le 18 janvier 1996, pour institutionnaliser le tribalisme, par le biais de la notion de populations autochtones. On sait que cette expression discriminante crée par ricochet celle d’allogènes, autrement dit d’étrangers de l’intérieur. Elle signifie que chaque Camerounais n’est plus partout chez lui sur l’ensemble du territoire national, mais qu’il reste rattaché à sa tribu et n’est au mieux que toléré, lorsqu’il s’installe autre part.

Ahmadou Ahidjo [Photo: © Archives cameroon-info.net]

Ahmadou Ahidjo [Photo: © Archives cameroon-info.net]

Elle va à l’encontre de l’esprit et de la pratique de l’unité nationale promu par feu Amadou Ahidjo le premier président, nordiste et musulman pratiquant. Elle s’oppose diamétralement au préambule de l’ancienne constitution qu’il a laissée et qui stipulait que « Tout homme a le droit de se fixer en tout lieu et se déplacer librement (…). Nul ne peut être inquiété en raison de ses origines ».
Ce sont les mêmes enfin qui, en février 2008, au moment où la rue manifestait à la fois contre la faim et la modification de la constitution orchestrée par Paul Biya pour se représenter en dépit de la limitation des mandats qu’ il avait précédemment diligentée, avaient motivé la fameuse «Déclaration des forces vives du Mfoundi» (Yaoundé). Un texte aux relents xénophobes, aussi violent que l’ « Appel de la Lékié », sinon pire.
Morceaux choisis de ce petit bréviaire de la haine publié dans Cameroun Tribune, le quotidien officiel et outil de propagande d’État :
«Qu’il soit donc entendu que désormais, nous répondons aux coups par coups. À partir de maintenant, œil pour œil, dent pour dent»;
«En outre, nous invitons fermement tous les prédateurs venus d’ailleurs, de quitter rapidement et définitivement notre sol. Car ils n’y seront plus jamais en sécurité. Qu’ils disent à leurs commettants que les forces vives du Mfoundi ont de nouveau revêtu la tenue de combat de leurs ancêtres. Lesquels ont longtemps résisté à la pénétration européenne.»

Issa Tchiroma Bakary [Photo tirée de ndjoka.com]

Issa Tchiroma Bakary [Photo tirée de ndjoka.com]

Cette fois-ci, l’ennemi n’était plus seulement l’Anglo-Bami de l’ouest, mais aussi le Grand-nordiste que l’on croyait jusque-là lié au pouvoir par une sorte d’alliance politique connue sous l’appellation d’axe Nord-Sud. Il faut dire que quelques années plus tôt, certains membres de la classe politique parmi lesquels l’actuel ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary qui à l’époque végétait dans l’opposition, avaient publié le « mémorandum du Grand-Nord » pour raconter par le menu détail l’affreuse misère qui sévissait dans la région et l’abandon dont il avait été l’objet de la part du pouvoir central. Après la publication de la «Déclaration des forces vives du Mfoundi», plusieurs d’entre eux se sentirent visés et confièrent anonymement aux médias privés, la crainte qu’ils ressentaient quant à leur sécurité.

Paul Biya un otage (consentant) dans le viseur ?

On ne peut évidemment pas dédouaner le président camerounais des actions de son entourage puisque c’est lui qui l’a choisi et que comme chacun le sait, l’environnement immédiat d’une personne n’est autre que le reflet de sa personnalité. Cependant, si dans leurs anciens manifestes les gourous du pouvoir tribal visaient avant tout son maintien à la tête de l’État, eu égard aux prébendes qu’ils tirent de cette situation, leur objectif de 2014 semble plutôt être de provoquer un changement au sommet , au profit de l’un des leurs, même si par ruse, ils continuent de clamer leur allégeance à Paul Biya, à travers de faux serments de soutien, de déférence et de fidélité tribale.
De nombreux indices montrent en effet que l’«Appel de la Lékié» en visant les élites nordistes comme les ennemis de la République cherche en réalité à détourner l’attention, le temps de résoudre la sourde bataille de succession qui oppose les proches de Paul Biya.
Vieux, usé par l’exercice prolongé du pouvoir et sans doute aussi malade, le président se montre en effet dans ses rares déclarations publics, en totale déphasage avec la réalité. Il semble ne plus avoir d’intérêt que pour ses longs et multiples séjours helvétiques ou ses retraites dans le somptueux palais qu’il s’était fait bâtir à Mvomeka’a son village natal, dans le calme reposant de la forêt équatoriale.
L’«Appel de la Lékié» l’a ainsi surpris à Genève, ville qu’il avait directement rejointe après avoir participé à Toulon dans le sud-est de la France, à la cérémonie de commémoration du débarquement de Provence.
En Suisse, son silence face aux multiples interpellations d’une partie de la classe politique camerounaise et de la société civile qui le pressaient de revenir s’occuper de Boko Haram avait surpris et alimenté toutes sortes de spéculations sur son état de santé. Et comme il y a dix (10) ans, des rumeurs sur sa mort avaient commencé à circuler.
C’est dans ce contexte qu’est paru dans Mediapart, quotidien français en ligne, un article controversé, qu’une partie de l’opinion nationale pourrait considérer comme inspiré par les cercles proches de Paul Biya et qui désigne certains hommes politiques issus du Grand-Nord, comme les promoteurs d’une rébellion armée déterminée à marcher sur Yaoundé.

Me Abdoulaye Harissou [Photo tirée de 237online.com]

Me Abdoulaye Harissou [Photo tirée de 237online.com]

Dans la foulée de cette publication, Me Abdoulaye Harissou, notaire à Maroua (Extrême Nord) qui n’a pas d’activités politiques connues mais que l’on présente comme le gestionnaire testamentaire de plusieurs dignitaires de la région a été interpellé par les services de renseignement et mis au secret. Officiellement, il est soupçonné de « tentative de déstabilisation du Cameroun à partir des pays voisins». Certains journaux contrôlés par le pouvoir ont annoncé que d’autres arrestations et envois en exil à l’étranger suivraient. Toutes choses qui s’apparentent à une opération de purge politique.
« Lorsque la mort rôde autour d’un mortier, ce n’est pas le pilon qu’elle vise, mais celui qui le tient », dit un proverbe Peul. Le ministre Eyébé Ayissi et ses « frères du village » ont-ils cru que leur heure était arrivée avant que Paul Biya ne réapparaisse à Yaoundé, contraint comme certaines sources l’affirment par des chancelleries occidentales qui l’ont pressé de rentrer chez lui s’occuper de ses problèmes de Président ? Ont-ils tenté de l’écarter en douce ? À Yaoundé, certains observateurs avisés n’écartent pas cette hypothèse. Dans tous les cas, les monstres tribalistes qu’il a lui-même créés pour sécuriser et pérenniser son pouvoir ne songeraient désormais plus qu’à prendre son relais. Des noms circulent d’ailleurs – comme celui d’Edgard Alain Mebé Ngo’o ministre de la Défense souvent présenté comme dauphin présomptif- circulent.

Photo tirée de cameroon-info.net

Photo tirée de cameroon-info.net

Il apparaît en tout cas de plus en plus flagrant que Paul Biya n’est plus à l’abri derrière son cordon sécuritaire tribal. Ceux-là même qui jusqu’ici couvraient ses arrières ne semblent plus travailler que pour leur propre compte. Il doit cependant comprendre que si la menace qu’ils n’ont cessé de brandir finissait par aboutir, ils lui auront rendu le pire des services, en le faisant sortir de l’histoire par la petite porte. Car le monde entier ne retiendra de lui et de sa femme que l’image d’un couple tyrannique qui aura martyrisé son peuple et mis en péril la paix dans son pays.

Les vertus de l’apaisement

Jean Michel Nintcheu [Photo tirée de ]http://www.postnewsline.com/]

Jean Michel Nintcheu [Photo tirée de ]http://www.postnewsline.com/]

Cependant, l’espoir d’un retournement positif de la situation est encore permis. D’abord parce que les rédacteurs de « l’Appel de la Lékié » que le député de l’opposition Jean Michel Nintcheu a taxé de « pyromanes zélés » ne représentent pour l’instant qu’eux-mêmes. Les représentants légitimes des populations qu’ils ont régulièrement manipulées semblent avoir découvert leur jeu et se désolidarisent de leurs manœuvres. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les déclarations de rejet qui ont sanctionné l’« Appel de la Lékié ».
L’association des étudiants de ce département les invite ainsi à éviter «à l’avenir de traîner tout le monde dans des initiatives individuelles politico-tribales», et se déclare solidaire des souffrances des populations du nord du pays confrontés aux exactions des islamistes de Boko Haram. Denis Emilien Atangana, un ancien candidat aux municipales à Monatélé (chef-lieu du département de la Lékié) qui avait obtenu 41% des suffrages, leur dit à son tour de «cesser de mêler tout le monde à leur business». «Le phénomène Boko Haram me semble pour d’aucuns une opportunité de faire de l’activisme politique», a réagi pour sa part Marie Robert Eloundou, porte-parole de l’Association pour le développement de cette ville.
Autant de témoignages à l’apaisement et à la vigilance partagés par la grande majorité des Camerounais de l’intérieur et de l’étranger, qui sur les réseaux sociaux multiplient les appels au calme, rappelant que les ethnies comme les religions ont toujours coexisté pacifiquement dans le pays.
« Ceux qui jouent aux pyromanes agissent par stupidité et cécité politique. Les cas de la Côte d’Ivoire et du Rwanda sont toujours là pour nous rappeler qu’en cas de querelle politique, il vaut mieux sauter l’étape de la bagarre pour procéder à la négociation tout de suite », observe un politicien camerounais. « Au Rwanda, les organisateurs du génocide avaient avec eux le pouvoir, l’argent et les armes. Si leur entreprise criminelle fut couronnée de succès, celle-ci se transforma rapidement en une cinglante défaite politique et historique. Plusieurs d’entre eux ont été arrêté et jugé, et la justice internationale continue de traquer ceux qui avaient réussi à se cacher », ajoute-t-il.
Principal concerné, Paul Biya qui avait hérité de son prédécesseur la gestion d’un pays calme et confiant en son avenir peut encore aménager une porte de sortie honorable à la crise actuelle. On n’attend certes plus de lui qu’il répare comme par un coup de baguette magique les turpitudes de toute une vie qui ont appauvri son pays et l’ont conduit au bord de l’éclatement.

 AP PHOTO/SIMON DAWSON

AP PHOTO/SIMON DAWSON

Il pourrait cependant poser des actes symboliques allant dans le sens d’un apaisement des esprits et d’une amorce de la réconciliation nationale. Par exemple, en libérant les personnes qu’il a injustement envoyées en prison. Puis en initiant un forum de réconciliation, version allégée de la conférence nationale à laquelle il s’était opposé dans les années 90, en la déclarant sans objet. Si les jugements de l’histoire sont parfois cruels et sans appel, les peuples ont toujours su apprécier les bonnes initiatives. Lorsque Nelson Mandela sortit de prison le 11 février 1990, il eut le choix entre susciter la vengeance contre la minorité blanche sud-africaine qui avait longuement opprimé la majorité noire et ruiner une bonne partie de sa propre vie, et prôner le pardon et la réconciliation. Il choisit la seconde possibilité. C’est aussi pour cela qu’il est devenu un monument de l’histoire de l’humanité.
Paul Biya n’a ni la carrure ni le courage de Mandela. Pour autant, il lui appartient de susciter entente et retour au calme, sans lesquels la mobilisation consensuelle et patriotique recherchée et souhaitée contre les extrémistes islamistes pourrait s’avérer fastidieuse et incertaine, à défaut d’être vouée à l’échec.
Pour une fois Monsieur Paul Biya, soyez au rendez-vous de la grande histoire du Cameroun.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL