• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par René DASSIE’]

Au Cameroun, la loi du plus fort est très souvent la meilleure et même le fait d’être membre des forces de sécurité ne protège pas les femmes contre la violence des puissants.

Source : camnews24.com

Source : camnews24.com

Julienne Bebock, une inspectrice de police de Douala, la capitale économique du pays vient d’en faire l’amère expérience.
Mardi, elle a été molestée en pleine rue par un colonel de l’armée, du nom de Paul Charles Ndjebel en service au ministère de la Défense de de Yaoundé. Son crime ? Avoir simplement rappelé à l’officier supérieur que la loi routière a vocation à s’appliquer pareillement à tous les usagers.
Selon le quotidien Le jour qui rapporte les faits, Dame Julienne Bebock dirigeait la circulation à une heure de grand trafic, lorsqu’un véhicule a quitté sa file, paralysant du coup une circulation déjà partiellement bloquée.
Lorsque l’officier de police a intimé au conducteur l’ordre de regagner sa place, celui-ci est descendu de sa voiture et est venu vers elle avec fureur. Après avoir décliné son identité, il a entrepris de la tabasser copieusement avant de lui arracher ses épaulettes qu’il a jetées par terre.
Paniquée, Dame Julienne Bebock a sorti son téléphone portable pour appeler des renforts. Il la lui a aussi arraché des mains et l’a confisqué. Puis, il a démarré son véhicule et est parti.
L’inspectrice de police « s’en sort avec le visage défiguré », écrit Le Jour.
La Commission indépendante contre la corruption et la discrimination (COMICODI) une association locale dénonce « Un comportement bestial, inapproprié, barbare et presque criminogène ». La COMICODI a interpellé le président Paul Biya au sujet de l’incident. Sans illusion, puisque cette association rappelle avoir déjà à maintes reprises « attiré l’attention des plus hautes autorités chargées de la sécurité, sur ces dérives qui prennent l’ampleur d’une véritable épidémie dans les grandes villes du pays ». Sans le moindre début de sanction.

 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL