• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

Arrêté le 22 novembre 2011, au retour d’un voyage en Asie, le prolixe journaliste-écrivain fondateur de l’association des écrivains du Cameroun est incarcéré à la prison centrale de Kodengui. Kodengui, commune éponyme de la capitale du plus important état de l’Afrique centrale, Yaoundé. Enoh Meyomesse a été condamné par un tribunal militaire à 7 ans de prison ferme pour un délit de droit commun. Comment et pourquoi en est-on arrivé là ?! Enquête.

[Par Armand Iré]

Enoh Meyomesse

Enoh Meyomesse

Enoh Meyomesse est un écrivain et homme politique camerounais né il y a plus de 50 ans dans un patelin du centre de son pays. Il est de la même ethnie que le président camerounais Paul Biya, Bulu. Universitaire ayant fait ses études à Strasbourg et à l’université de Paris II, il a milité dans divers mouvements d’étudiants africains de l’époque dont la turbulente Fédération des Etudiants de l’Afrique noire Francophone -FEANF-.

Enoh Meyomesse était candidat à la présidentielle du 9 octobre 2001 au Cameroun. Ce n’était pas sa première élection, puisqu’il avait été candidat aux législatives de 1997. Créateur du PARENA, un parti politique camerounais, il est connu pour sa farouche opposition au régime plus que trentenaire de Yaoundé.

Cette affaire qui lui vaut aujourd’hui une privation de liberté pour bien longtemps commence mi-novembre 2011. Enoh Meyomesse découvre dans son village une exploitation artisanale d’or. Il mandate alors certaines personnes pour faire une réelle prospection et établit un contact avec des investisseurs de Singapour qui l’invitent dans la Mecque des affaires, en Asie. De sources crédibles tout se passe bien à Singapour d’où il revient le 22 décembre 2011. Lorsqu’il descend de l’avion il est « accueilli » par un important dispositif de gendarmes qui le mettent aux arrêts sans sommation après avoir perquisitionné deux jours auparavant son domicile sans mandat. C’est une photo prise à son domicile lors de cette fouille, qu’un des lieutenants de gendarmerie brandira à l’aéroport pour pouvoir l’identifier. Sur le champ Enoh est accusé de coup d’Etat et de braquage car selon la gendarmerie, un vol d’environ 1000 kg d’or et des numéraires a été commis en l’encontre de coréens exploitants d’une mine d’or à Bertoua dans l’Est du Cameroun. Aucun des gendarmes et de leurs supérieurs, joints par plusieurs sources, ne diront jamais exactement la date de braquage.
Après avoir arrêté un certain Manda Bernard, ami de Enoh Meyomesse, sollicité par ce dernier pour une infime aide financière dans le cadre de cette prospection aurifère, les « limiers » de la gendarmerie camerounaise remontent leur piste (?) pour mettre la main sur un autre compagnon d’Enoh et finalement sur lui-même à son retour d’un voyage à l’extérieur du Cameroun comme nous l’avons écrit au début de cet article.

La longue instruction
Transféré au secrétariat d’Etat à la Défense, le fameux SED, lieu de détention de plusieurs pontes déchus du système Biya, Enoh subit sans avocat des heures d’interrogatoire avant d’être envoyé à Bertoua. Il passera plusieurs semaines, plus précisément 30 jours, dans une cellule exigüe, sans droit de visite ou même la possibilité de parler à un avocat. Selon ses dires rapportés par un journaliste de la presse local, il a été sommé de trouver une certaine somme d’argent pour que l’affaire puisse « être étouffée » comme le lui ont dit les hommes du commandant de la légion-est de la gendarmerie camerounaise. Détenu en secret, il est renvoyé à Yaoundé lorsque la presse ébruite sa détention. Commence pour lui une longue instruction judiciaire qui durera 11 mois. Le 14 décembre 2012 après cinq audiences qui ont duré des mois, accusé finalement de complicité de vol d’or et de braquage alors qu’il était absent du Cameroun aux moment des faits, Enoh Meyomesse va écoper de sept ans de prison fermes assortis d’une amande de 200.000 CFA (environ 305 euros). Cette peine sera confirmée en audience le 27 décembre 2012.

Mobilisation
Depuis l’incarcération de l’écrivain, ses amis n’ont eu cesse de crier à l’injustice. Ils ont dénoncé l’habile maquillage juridique pour « camoufler cette affaire politique en une vulgaire affaire de droit commun » lance la présidente du comité de soutien à Enoh-CLE(Collectif pour la Libération d’Enoh)-, Bergeline Domou. Cette dernière, femme politique camerounaise, a failli perdre sa liberté dans cette affaire. C’est elle et Patrice Nganang écrivain d’origine camerounaise vivant aux Etats-Unis et président de l’association Tribunal Article 53, du nom de cet article de la Constitution camerounaise, qui exempte de toutes poursuites les hautes autorités de ce pays pour des crimes commis dans l’exercice de leurs fonctions. Elle, Bergeline Domou, aujourd’hui présidente du mouvement pour la libération d’Enoh, et Patrice Nganang lancent l’alerte suite à la disparition d’Enoh puisque nul n’avait de ses nouvelles. Pour les soutiens de Enoh, son emprisonnement est dû à l’outrecuidance de s’être présenté à la dernière élection présidentielle camerounaise alors qu’il est de la même région que l’inamovible président camerounais. La bataille que ses soutiens mènent contre le gouvernement camerounais est acharnée. Ils sont bien organisés et présents sur tous les fronts. Malgré le manque de moyens, ils ont réussi à rallier à leur cause plusieurs organisations de défense des droits de l’homme tel que PEN qui s’occupe des écrivains en détresse partout dans le monde. Le 02 Mai 2013 le ministre des affaires extérieures du Cameroun (équivalent du ministre des affaires étrangères) a été sommé de s’expliquer devant le conseil des droits de l’homme des nations-unies sur plainte de trois associations de défense des droits humains, notamment le Comité de protection des journalistes (Cpj), Pen international et Internet sans frontières regroupés au sein du mouvement « Libérez Enoh » qui regroupe plusieurs autres associations et intellectuels du monde.

Enoh est donc pensionnaire de la tristement célèbre prison centrale de Yaoundé-Kodengui pour un bon paquet d’années. Ses avocats ont interjeté appel mais restent désemparés car sans aucune raison l’affaire a été renvoyée 14 fois et le condamné croupit toujours dans les geôles du régime de Yaoundé.
En attendant, Enoh Meyomesse s’est remis à l’écriture dans l’inconfort de l’univers carcéral malgré des douleurs oculaires qu’il traine suite aux difficiles conditions de son incarcération à Bertoua. La prison ne l’a nullement muselé. De son infâme cellule, il a sorti un recueil de poème intitulé justement… « Poème carcéral » qui a été traduit en anglais et en allemand et qui est disponible sur le site de l’association PEN international.

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL