«Les Balkans sont le pendant occidental de l’Orient»

Entretien avec Jean-Arnault Dérens, Rédacteur en chef du Courrier des Balkans

Rédacteur en chef du Courrier des Balkans, Jean-Arnault Dérens, nous livre ici sa vision de la géopolitique des Balkans, mais aussi de la politique de l’Union européenne envers cette région.  

Propos recueillis par Larbi Graïne

Commençons par ce nom de Balkans, mot pluriel se référant à une entité diverse qui présente néanmoins une unité. Unité qui renvoie à une idée de l’émiettement et de la division d’où le mot dérivé de balkanisation. Cette terminologie est-elle toujours d’actualité ?  

Je pense qu’on est là dans une pensée coloniale, le balkanisme est une variante particulière de l’orientalisme tel que le définissait l’intellectuel palestinien Edouard Saïd, c’est donc une projection de l’Occident sur un espace qui lui est extérieur. Le terme de Balkan apparaît sous la forme de Barkan pour désigner une montagne de Bulgarie, c’est la barrière turque que les Bulgares eux-mêmes appellent la Straplan. C’est en 1809 qu’un géographe allemand, August Zeune, utilise par métonymie le terme de Balkan pour désigner un espace beaucoup plus vaste, qu’on appelait jusqu’alors la Turquie d’Europe, c’est-à-dire l’ensemble des pays et des territoires qui se trouvaient en Europe mais qui faisaient partie de l’empire ottoman. Comme vous le disiez, ce terme se développe très vite en même temps qu’un autre, celui  de balkanisation, qui n’a rien d’un concept géographique, car c’est un concept politique. On est donc dans une projection mentale de l’Occident par rapport à une diversité qui est perçue par lui comme étant effectivement menaçante et dangereuse. On est dans le domaine de la géographie des représentations, non pas du réel.

Il y a eu des guerres civiles, peut-être ce mot de balkanisation a découlé de ça ?

Je pense que le problème des Balkans, c’est effectivement celui d’une entrée particulière dans la modernité politique et ce, avec l’éclatement des empires et le fait que les Balkans dès la fin du XIXe siècle deviennent un théâtre de jeu pour toutes les grandes puissances de l’époque. C’est un espace convoité par la Russie, l’Italie, la France bien évidemment, et l’empire ottoman qui, lui, pour le coup est en train de se désagréger. Toutes ces puissances trouvent des alliés parmi les peuples locaux. La tragédie de la modernité dans les Balkans, c’est d’avoir des petits peuples qui se cherchent des protecteurs ou qui sont eux-mêmes pris en protection par plus puissants qu’eux. Bien évidemment, ces peuples vont exciter les tensions qui peuvent les opposer. De ce point de vue, dans cette interaction entre des enjeux locaux et les intérêts impérialistes, les Balkans font totalement partie d’une question d’Orient qui va jusqu’au Proche-Orient, la Syrie et la péninsule arabique. En ce sens, les Balkans, sont le pendant occidental de l’Orient.

L’Europe, même celle d’avant l’Union européenne a joué un rôle dans la construction des Balkans, où en est le processus d’élargissement de l’Europe à ces pays-là ?

Nulle part. Si vous voulez, le moment où les peuples des Balkans ont pris en main leur destin, c’est l’épisode de la Yougoslavie autogestionnaire de Tito. D’ailleurs si on s’intéresse au vocabulaire, c’est le moment où on a arrêté de parler des Balkans, Tito avait débalkanisé dans les représentations l’espace yougoslave. On ne parlait que de Yougoslavie, pas d’autre chose.  Cette fédération elle-même, pour un ensemble de raisons s’est disloquée et s’est tragiquement effondrée à la fin du XXe siècle. Depuis ce moment-là, la seule perspective qui a été présentée aux Balkans, est celle de l’intégration, mais en réalité ce processus est au point mort total depuis au moins dix ans.

La Bulgarie et la Roumanie ont été intégrées en 2007, la Croatie en 2013. Mais l’intégration de la Croatie avait été promise tant de fois et autant de fois repoussée qu’il n’y avait pas moyen de faire autrement. En réalité depuis 2008, c’est-à-dire le début de la crise mondiale, le processus est totalement à l’arrêt. La Commission européenne a présenté au début du mois de février 2018, une nouvelle stratégie supposée relancer cette dynamique. Il y a quand même de quoi rigoler, quand une commission en fin de mandat propose une stratégie que bien évidemment elle ne sera pas en mesure de mettre en œuvre puisqu’il reviendra à la prochaine commission de le faire. Une prochaine commission dont la composition relève quand même du plus que du total inconnu politique.

Par contre, autre point important dans ce processus, c’est d’observer cette évolution durant les années 1990-2000 : la question européenne était un vrai clivage politique dans les Balkans, entre des forces nationalistes conservatrices qui s’opposaient à la perspective européenne, et des courants politiques pro-européens, qui pouvaient être plus ou moins libéraux ou plus ou moins socio-démocrates. Aujourd’hui on assiste quasiment dans tous les pays de la région, et principalement en Serbie, à quelque chose d’assez extraordinaire : ce sont les hypernationalistes d’hier qui sont devenus les plus grands pro-européens. Ces ultra-nationalistes fascistes sont devenus pro-européens au moment même où, en réalité, le processus d’intégration tombait en stand-by.

Le régime serbe qui est un régime prédateur de la liberté de la presse, de plus en plus autoritaire, corrompu, clientéliste ; est soutenu par Bruxelles, uniquement parce qu’il a l’intelligence de produire des éléments de langage que la capitale européenne a envie d’entendre.

C’est cela le grand drame, toute la politique européenne dans la région depuis une bonne dizaine d’années  se réduit à une seule et simple chose qui est la stabilité. L’objectif d’une société, ce n’est pas d’être stable. La stabilité est, au plus, une pré-condition et ne peut être un objectif. En plus, la stabilité telle que l’a conçoit l’Union européenne, c’est vraiment une stabilité a minima. La question est celle de redonner un sens à des projets sociaux, de remettre en mouvement les sociétés des Balkans.

On relève dans les Balkans la présence de certaines puissances internationales notamment, les États-Unis, la Russie et même la Chine, pourquoi cet intérêt pour cette région ?   

Et la Turquie, surtout il ne faut pas oublier la Turquie.

Oui c’est à dessein que je ne l’ai pas citée… 

On en revient exactement à la même situation qu’en 1900, à savoir que les Balkans sont une périphérie de l’Europe, une périphérie économique dominée, marginalisée. Il y a tout au plus de petites industries de main d’œuvre extrêmement mal payées. D’ailleurs aujourd’hui, la population des Balkans émigre massivement, elle s’enfuit. Il y a un phénomène d’exode. On est donc véritablement dans une périphérie dominée, dans une logique économique et politique. Cette périphérie dominée est un théâtre de jeu privilégié où s’entrechoquent les intérêts de grandes puissances avec des aspects différents. Pour la Chine par exemple, les Balkans, peuvent être une porte d’entrée pratique vers les marchés européens. Pour être très clair, si vous voulez acheter le port de Marseille, c’est cher. Mais le port de Cres, ce n’est pas cher. Le port de Salonique qui est en vente, ce n’est pas cher. C’est plus pratique d’acheter le port de Cres ou de Salonique que le port de Marseille ou le port de Naples, c’est aussi simple que ça.

Du point de vue de la Turquie, là, on est dans une autre logique. Les Balkans font effectivement partie de ce que la Turquie appelle son « étranger proche ». Là, il y a des débats un peu compliqués. La question est posée : est-ce que la Turquie a tourné le dos au néo-ottomanisme de l’époque de Davutoğlu (ancien 1er ministre d’Erdogan jusqu’en 2016) ? Personnellement je ne le crois pas. Je crois que même si aujourd’hui il y a des priorités stratégiques importantes comme l’espace kurde et la Syrie, il y a fondamentalement une continuité de cette politique qui avait été formée par Davutoğlu au début de l’année 2010 sur l’idée que la Turquie devait, d’une part, n’avoir aucun ennemi dans son entourage proche et surtout, d’autre part, rayonner sur toutes les régions traditionnelles turques, telles que le Caucase et les Balkans. Pour ce qui est du cas de la Russie et des États-Unis, on est sur un autre problème. Les intérêts économiques de la région sont pratiquement nuls, on est beaucoup plus dans le domaine de l’affrontement symbolique. Monter de petites provocations dans les pays baltes ou en Scandinavie, c’est bon pour faire des feuilletons sur Arte, car dans la vie réelle, ça ne marche pas, c’est un peu dangereux, tandis que ça peut se faire dans les Balkans.

Vous ne croyez pas qu’on assiste au retour d’une certaine bipolarisation entre les États-Unis et la Russie ?

Non, on est toujours dans un monde multipolaire, puisque dans les Balkans, il y a concrètement au moins parmi les acteurs, la Russie, les États-Unis qui sont très influents au Kosovo et pas seulement. Il y a aussi la Turquie, la Chine, et puis l’Union européenne qui essaye toujours de se faire entendre, même si  malheureusement sa voix porte de moins en moins, donc cela montre qu’on est bien dans un monde multipolaire.

En termes de ressources, que représentent les Balkans ?

Rien du tout. A Vélès, en Macédoine, il y a eu des petits ateliers qui ont produit des fake news assez importantes pour la campagne électorale américaine. Pour le reste, les ressources naturelles, ça ne compte pas beaucoup. Par contre, la main d’œuvre qualifiée des Balkans ; qui est elle une ressource importante, s’en va en Allemagne.

On parle aussi des Balkans comme repères des terroristes islamistes…

Alors, là, il faut être extrêmement prudent, l’islamisme radical est présent dans les régions musulmanes des Balkans, en Bosnie-Herzégovine, en Macédoine, en Albanie, au Kosovo et dans le Sandjak de Novipazar. Cela étant, ces réseaux demeurent pour tous les pays très marginaux.

Si vous prenez le nombre de volontaires partis se battre dans l’État islamique par rapport au nombre d’habitants, la Bosnie-Herzégovine arrive en tête des pays européens, mais ce chiffre n’est pas très significatif. Dans le cas du Kosovo, on sait qu’il y a 300 personnes officiellement qui sont partis se battre en Syrie, ce qui n’est pas négligeable, ça je vous l’accorde. Mais on est quand même sur des phénomènes qui concernent une petite minorité radicalisée sans influence globale sur les communautés musulmanes.

J’insiste sur le fait tout de même que la grande majorité des personnes qui pratiquent un islam radical ou de type salafiste dans les Balkans, ne sont pas du tout partisans de la violence. Il y a des villages qui ont créé des émirats salafistes, mais leurs habitants ne sont pas partisans de la violence, c’est important de bien distinguer. Les gens qui peuvent être tentés par la violence c’est vraiment la minorité de la minorité.

Quant à savoir si les Balkans peuvent servir de points de passage ou de relais : oui et non. En théorie, oui. Il y a des possibilités par les relais des diasporas balkaniques en Europe occidentale. On peut penser à des hauts lieux de salafisme européens, comme la mosquée fréquentée par les Bosniaques à Vienne. Mais il ne faut pas oublier une chose, les Balkans sont une région très contrôlée par toutes les polices locales et par les services de renseignements de tous les pays du monde. De ce point de vue, personnellement si je voudrais me cacher, ce n’est pas forcément en Bosnie-Herzégovine et au Monténégro, que je me rendrai.

 

En partenariat avec le Caffè dei giornalisti de Turin

La Syrie est une prison éternelle

Après les bombardements qui ont eu lieu ce 4 avril avec l’utilisation présumée d’arme chimique et avant la déclaration de Donald Trump le lendemain sur la volonté de frapper la Syrie (avec le concours des armées française et britanniques), les syriens, arabes et occidentaux, sont divisés en deux camps: les pour et les contre. Mais la majorité des opinions publiques étaient contre ces frappes de représailles menées par les Etats-Unis.

Plusieurs arguments ont été présentés pour refuser ces frappes. L’idée principale pour refuser le rôle des Américains en Syrie est : «Bachar al-Assad combat les terroristes».

Si ce n’est pas Assad, est-ce obligatoirement Daesh ?

En tant que syrienne, je n arrête pas de discuter avec des gens de plusieurs tendances politiques et je suis tombée souvent sur ce cliché: « Vous voulez le départ de Bachar pour que Daesh prenne le pays ! »

D’un côté, nos amis arabes « nationalistes » rêvent encore de l’unité arabe. De l’autre, les gauches arabes ou occidentales qui vivent toujours avec l’idée fixe de combattre l’impérialisme. Ils choisissent donc al-Assad, un dictateur « arabe-laïc » qui protège la Syrie moderne des islamistes.

Cette idée qui résume le conflit syrien de façon très naïve, ne prend pas en compte le peuple syrien. Elle le nie totalement au prétexte de cette impasse: soit Bachar al-Assad, soit Daesh.

C’est pour cela qu’en tant que syrienne, je souhaite remettre cette affaire en ordre pour éclairer la situation. Selon moi, cette guerre n’est pas celle d’un président laïque d’un côté (qui protège les chrétiens et les kurdes tout en défendant l’unité arabe et la résistance contre Israël) et de l’autre les islamistes terroristes.

Pour comprendre ce conflit, il faut reculer de sept ans en arrière.

Syrie – 2011 

Quand la révolution syrienne fut déclenchée, elle n’était qu’un rêve : celui du peuple Syrien à vivre comme tous les autres peuples, en liberté.

Les syriens ont vécu jusqu’en 2011, pendant quarante ans, sous le despotisme de la famille al-Assad. En regardant le début des printemps arabes dans les pays voisins, les syriens ont imaginé qu’ils pourraient finalement se débarrasser de cet héritage « éternel », de cette condamnation infinie à vivre dans le silence et la peur. Malgré les souffrances infligées par ce régime, ils ne demandaient pas son départ. Ils ont rêvé de quelques petits changements pour vivre avec dignité: la liberté politique, la liberté de presse, l’annulation de l’état d’urgence, l’égalité sociale…

Les manifestations ont commencé pacifiquement. Mais le régime totalitaire hérité du père, Hafez al-Assad, qui considère la Syrie comme un bien privé,  n’a pas supporté cette révolte.

Le fils al-Assad, un nouveau « Big Brother», n’imaginait pas que ces « microbes » puissent lui contester le pouvoir. Le régime voyait le peuple comme son serviteur. Bachar al-Assad, fils gâté et héritier d’un pouvoir inattendu, a réagi violement en traitant le peuple qui manifeste de « microbes ». Le régime a déclaré terroristes islamiques les manifestants, l’assimilant à son conflit avec les Frères musulmans. La victoire du père al-Assad dans les années 80 a poussé le fils à croire qu’il pouvait, comme son père, gagner la partie. Bachar al-Assad n’acceptera pas d’être moins que son père. Sa famille le soutenait. C’était devenu une affaire familiale.

Si al-Assad avait pensé un seul instant à discuter avec l’opposition au début des évènements, la Syrie n’en serait pas arrivée à cette guerre. Mais il a choisi une réponse sanglante, similaire à celle de son père. C’est la même école : tel père, tel fils.

Al-Assad était rassuré d’être soutenu par la communauté  internationale, car paniquée à l’idée d’un nouveau front terroriste en Syrie.

Le combat du peuple syrien est devenu très compliqué, entre le despotisme du régime et l’idée qu’il est devenu terroriste.

Des terroristes aux services d’al-Assad

Al-Assad a sollicité l’aide de vrais terroristes; cela tombait bien, ses prisons en étaient pleines, et le moment de profiter d’eux était venu.

Ce régime syrien a parlé très tôt de terrorisme. Il faut rappeler qu’Hafez, le père de Bachar al-Assad, a façonné la Syrie comme un état policier solide pour se protéger des terroristes. Face à ce soulèvement populaire, il a été capable d’user de réels terroristes pour soutenir son scenario. Il a ouvert les portes des prisons aux prisonniers radicaux et a même fait venir des détenus libérés de la prison d’Abou Ghraib en Irak. Il a également ouvert les portes de la Syrie aux djihadistes venant de monde entier.

L’idée monstrueuse de ce régime a été de créer une succursale de Daesh en Syrie. Cette organisation qui a commencé son travail à Alep en capturant des opposants laïques, des activistes civils et des journalistes, a fini par combattre l’armée libre. Daesh n’a jamais affronté les soldats du régime, qui le lui a bien rendu. N’oublions pas que les « soldats » de Daesh ont été déplacés via des bus climatisés, vers Boukamal, la frontière irakienne, dans Deir Ezzor, sans courir aucun risque.

Le peuple syrien manipulé à l’échelle internationale

Daesh a combattu pour l’intérêt du régime al-Assad.

Et comme la révolution n’avait pas d’idole (il s’agit d’un mouvement spontané dirigé par la jeunesse non politisée qui s’est coordonnée  dans les villes et les quartiers), les politiciens, surtout les frères musulmans, ont sauté sur l’occasion. Avec l’aide de riches pays arabes et de la Turquie, ils ont encouragé la création d’un conseil national syrien devenu le représentant de cette révolution.

Ainsi les Frères musulmans et les pays du Golfe ont commencé à mettre en place leur agenda pour islamiser cette révolte.

Après sept ans de guerre

Nous avons aujourd’hui au moins 500.000 morts et 7 millions de réfugiés. Le régime a réussi à présenter le conflit comme une guerre entre lui (un régime laïc arabe) et les terroristes. Et cela est la grande erreur que la communauté  internationale a commise.

Al-Assad a gagné pour protéger le trône de sa famille, avec les soutiens de plusieurs forces internationales: L’Iran, la Russie et certains groupes irakiens chiites ainsi que le Hezbollah…

Depuis le début de cette révolte populaire, ni Bachar, ni ses alliés, ne veulent l’établissement d’un régime démocratique en Syrie. Ils ont tout fait pour écraser la révolution et la manipuler en la présentant finalement comme un mouvement terroriste.

Ce régime est capable, avec son expérience de tourner la vérité et convaincre tout le monde par ses mensonges. Et voici le dernier exemple très récent:

Le soir du 16 Avril 2018, la présidence de la République a confirmé « qu’une procédure disciplinaire de retrait de la Légion d’honneur à l’endroit de Bachar el-Assad a bien été engagée » par Emmanuel Macron. Trois jours plus tard, Damas prend l’initiative : elle a rendu la Légion d’honneur décernée par la France en 2001 à Bachar alAssad qui a déclaré : « Il n’y a pas d’honneur pour le président al-Assad de porter une décoration attribuée par un pays esclave des États-Unis« .

Ainsi l’image présentée au monde par ce manipulateur de la vérité est: C’est al-Assad qui refuse cette décoration, car il ne supporte pas qu’elle vienne d’un pays esclave des États-Unis.

Le combat aujourd’hui, n’est pas entre al-Assad et des islamités, mais il est entre al-Assad, Daesh, la Russie, l’Iran, la Turquie, les Êtas-Unis et toutes les autres armées combattantes en Syrie, contre le peuple syrien. La guerre est une sorte de punition contre ce peuple qui a osé rêver de révolte pour obtenir sa liberté. Un peuple condamné à être prisonnier pour l’éternité, un peuple massacré en direct avec plusieurs moyens et armes… Mais la seule ligne rouge est l’arme chimique, alors que tous les autres moyens de tuer les syriens sont permis et légales!

 

Cet article est publié en partenariat avec le Caffè dei giornalisti de Turin

Les particularités encourageantes du mouvement populaire en Iran

Dans cet article, nous examinerons certaines différences entre l’actuel soulèvement en Iran et les mouvances protestataires précédentes. Ces indications sont déterminantes dans l’évaluation des protestations récentes. Elles révèlent de nouveaux facteurs qui modifient les analyses traditionnelles et les préjugés qui risquent d’en découler.

Une volonté de se démarquer des tensions dans le sérail

Dans le passé, les révoltes en Iran ont souvent été spontanées, imprévisibles et liées à un événement politique précis. Par exemple, la révolte de 1999 a été déclenchée par l’interdiction de la publication d’un journal puis par l’assaut qui a été donné contre la cité universitaire. Comme le cas des révoltes de 2009, déclenchées par des fraudes électorales. Elles étaient aussi souvent la conséquence des tensions à l’intérieur du sérail et qui donnaient naissance à une faille dans laquelle pouvait s’exprimer la gronde sociale.

Cependant, pour des raisons diverses, ces mouvements n’ont pas pu représenter les revendications authentiques du peuple iranien et n’ont pas déclenché une mobilisation politique de tout le pays. Le rôle joué par les soi-disant « réformistes » liés eux-mêmes au sérail contribuait notamment à une récupération de l’équilibre du régime. De même, la communauté internationale a chaque fois délaissé ces révoltes, contribuant à une déception qui freinait le mouvement.

Les révoltes actuelles n’ont eu rien de spontanées. Elles n’étaient pas non plus liées à une lutte à l’intérieur du sérail. Bien avant le soulèvement, diverses couches de la société occupaient déjà le pavé malgré une répression sans merci de la dictature. Il s’agissait des travailleurs qui n’avaient pas touché de salaire depuis des mois, des retraités et des enseignants qui criaient l’insuffisance de leurs pensions et revenus, de plus d’un million de familles qui ont été spoliées par des établissements bancaires affiliés aux gardiens de la révolution ou aux cartels dirigés par les religieux, etc.

Les protestations pré-révolutionnaires n’avaient donc rien à voir avec la lutte des clans du pouvoir et suivaient un acheminement indépendant des clivages internes du régime. Elles ont commencé par des revendications d’ordre économique, finissant par constituer une mosaïque qui s’exprimait par des revendications politiques. On peut en quelque sorte comparer cette révolte à des ruisseaux qui se sont joints dans les flots d’un fleuve. Le débit devient puissant et ne s’interrompra pas.

Une révolte aussi bien en ville qu’en campagne

Les soulèvements qu’avait connu l’Iran auparavant se limitaient à Téhéran et à quelques autres grandes agglomérations.

Dans les événements récents, plus de 140 villes ont été prises par la vague révolutionnaire, incluant les villes les plus démunies et même des villes qui paraissaient acquises par la cause religieuse, comme Qom et Machhad. Cette superficie de la révolte a mis un point final au mythe de la popularité du régime dans les milieux ruraux.

Cette fabulation revient souvent dans les analyses des experts occidentaux qui divisent la société iranienne en deux portions : l’une aisée et moderniste, installée dans les grandes agglomérations et acquise au mode de vie occidental, soutenant l’idée d’une réforme à l’intérieur de la République islamique ; et l’autre, une grande majorité de la population rurale soutenant le pouvoir actuel et constituant la base sociale des conservateurs.

La révolte de décembre et janvier a prouvé que le pouvoir est rejeté dans son ensemble par tous les Iraniens, quelque soient leur appartenance ethnique et religieuse, et leur partition géographique.

Une réaction internationale différente

Les soulèvements des Iraniens dans le passé, se butaient toujours à une réaction faible et tardive d’une communauté internationale qui se cadrait dans une politique de complaisance à l’égard des crimes de la République islamique, avec une préférence pour son aile « modérée ».

Alors que les révoltes de 2009 touchaient à leur apogée, le Président américain était en train d’échanger des lettres avec le Guide suprême de la dictature religieuse ; une approbation à peine cachée du pouvoir en place. Cette volonté de complaisance a même dépassé les limites de la connivence. En cause, toute une série de tueries effectuées contre les principaux opposants du régime iranien par les Moudjahidine du peuple qui se trouvaient alors dans le camp Achraf, en Irak. Les Américains ont fermé les yeux.

Dans les révoltes récentes, les pays européens et américains ont eu une réaction plus responsable. Le soutien amené par les États-Unis aux revendications du peuple iranien et les discours intransigeants de l’Administration US contre les auteurs de la répression, a soulevé la préoccupation des dirigeants de Téhéran quant aux conséquences de mater la révolte dans le sang.

Cette réaction rapide de la communauté internationale a contredit la thèse des adeptes de la politique de complaisance qui prétendent qu’un soutien à la révolte offrirait plus d’alibis à la répression. Au contraire, cela a largement renforcé la société iranienne dans sa mouvance.

Des slogans qui annoncent une nouvelle ère

Les mots d’ordre repris dans les manifestations récentes sont révélateurs d’une tendance généralisée qui a le dessus dans la société iranienne. Des slogans comme « réformistes, conservateurs, le jeu est bien fini », sont une traduction du rejet de tous les clivages du pouvoir en place, ce qui laisse surgir la solution finale qui est le renversement du régime.

Les dirigeants de la théocratie n’ont pas cessé de répéter que ces slogans sont ceux des Moudjahidine du peuple qui visent le pouvoir dans sa totalité. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi plus que les conservateurs, les soi-disant « réformistes » sont soucieux d’une attitude ferme contre les insurgés. L’ancien Président Mohammad Khatami et plusieurs autres figures de proue des « réformistes » ont qualifié les manifestants d’«ordures ».

Cette unanimité du sérail dans la répression a définitivement mis hors-jeu les « réformistes ».

Une machine de répression sans efficacité

Toutes les révoltes qui ont eu lieu dans le passé, avaient entraîné une contre-attaque du pouvoir en place qui avait conduit à un rétrécissement des mouvances sociales. Par exemple, après chacun des grands mouvements de gronde, le régime aggravait la pression sur les femmes, multipliait les patrouilles de la police des mœurs, accélérait les mises à exécutions des peines de pendaison, de flagellation et d’amputation en publique ; tout autant d’actes de vengeance contre la population. Alors que dans les récentes émeutes, ce sont au contraire les mouvances sociales qui se sont multipliées.

L’un des signes de cette progression, est le phénomène appelé « les filles de l’Avenue Enghelab », un mouvement qui a pris son élan au début des révoltes et dans lequel, les jeunes femmes iraniennes défient en pleine rue, la loi du port obligatoire du voile. Chose inconcevable il y a encore quelques mois de cela et qui prouve que le régime est de plus en plus incapable de régner par la terreur.

Ces mouvements sont autant de ruisseaux qui vont encore rejoindre un jour un fleuve en plein effervescence : un flot sans interruption qui est un cauchemar pour le dictateur de Téhéran.

Article par Rasoul ASGHARI

Max Mathiasin (député de Guadeloupe) : « la France a abandonné l’Afrique aux chinois »

Député de la Guadeloupe, Max Mathiasin s’est fait remarquer par son intervention à l’Assemblée Nationale sur l’esclavagisme en Libye. Son discours, qui a reçu un enthousiasme unanime, a marqué les esprits. Retour sur les coulisses de son intervention, son regard sur la politique migratoire en Europe et sur les relations franco-africaines. Entretien.

La première fois où vous avez regardé la vidéo de CNN montrant des migrants à vendre, quelle a été votre émotion ?

Au début je me suis dit c’est peut-être des fake news car j’en ai déjà vu des vidéos de la sorte. Mais quand j’ai vu que c’était signé CNN, je me suis indigné et je me suis  dit « là c’est du sérieux« . Peu de temps après, j’ai reçu des demandes d’intervention de la part de plusieurs concitoyens. Un jeune Guadeloupéen, qui avait fait campagne avec moi pour l’élection législative, m’a dit « Max, cette vidéo m’a givré le sang !« . C’est sa réponse qui a été pour moi déterminante.

Qu’avez-vous fait ensuite ?

A ce moment-là, j’ai demandé à Laurence de Saint Sernin, ma collaboratrice, de déposer auprès de mon groupe politique, un changement de question car j’étais inscris pour une question sur le chômage en Guadeloupe. Comme elle n’avait pas encore vu la vidéo, elle m’a répondu « mais vous savez, Monsieur le député, il y a plein de choses qui circulent sur WhatsApp ».

Je lui balance la vidéo et elle voit vite, comme moi, qu’elle est digne de foi. J’ai pris l’avion le samedi pour arriver à Paris le dimanche où j’ai passé la journée enfermé. Lundi matin, je suis allé voir la responsable administrative de mon groupe politique. Elle m’a répondu qu’il y a déjà des membres d’autres groupes qui sont inscrits pour la même question et qu’il y a au moins six personnes qui interviennent sur le même sujet. Je lui ai dit que je dois absolument poser la question sur l’esclavage en Libye car mes ancêtres ont été esclaves. Elle a regardé le registre d’inscription et elle m’a dit « OK ».

Comment avez-vous préparé votre question ?

J’ai dit à ma collaboratrice que  pour parler de l’esclavagisme, il me faut faire appel à mes ancêtres et à un Colonel guadeloupéen de l’armée française  (il faut dire qu’il y avait une première abolition de l’esclavage en 1794 et qui a été rétabli par Napoléon Bonaparte en 1802). Cet homme avait combattu, en 1802, les troupes de Napoléon. Il s’était opposé à son commandement à la tête des esclaves et des soldats pour se révolter. Je me suis donc inspiré de ce fait.

Je n’étais pas sûr du contenu de la déclaration, que j’avais lu une seule fois de ma vie, mais il y avait une chose dont j’étais sûr, c’est qu’il s’adresse à la postérité. J’avais la chance d’avoir deux autres collaborateurs qui étaient là. Nous avons commencé à écrire sur la question, sachant qu’on a un temps d’intervention de deux minutes. Nous avons travaillé toute la journée et on a fini autour de minuit.

Après une relecture, j’ai dit à mon équipe « les enfants, vous pouvez aller vous coucher vous avez bien travaillé ! » Le matin, j’ai regardé la question une dernière fois et j’y ai ajouté encore une phrase.

Laquelle?

J’ai ajouté qu’« il y a des passés qui ne finissent pas de passer ».

C’est une allusion que les faits risquent de se répéter…

Exactement. Et c’est ce qu’on voit encore aujourd’hui.

Dans l’hémicycle, comment avez-vous vécu ces deux minutes?

Trois personnes avant moi allaient parler de la Libye, mais j’étais tellement sûr de moi que je ne les entendais même pas. J’étais très sûr de la force de ma question dans la mesure où c’est une question juste, dans le sens de la justice. Quand je suis arrivé au milieu de mon intervention, j’ai jeté un coup d’œil autour de moi et j’ai vu que les députés avaient la tête tournée vers moi.

J’ai vu en particulier un député réunionnais qui avait les yeux rougis. Là, je me suis dit qu’il fallait que je sois encore plus inclusif. C’est pourquoi j’ai improvisé deux petites phrases. J’ai ajouté « c’est notre vie » à « c’est ma vie » et « notre histoire » à « mon histoire », pour faire adhérer tout l’hémicycle à mes propos.

Les retours vous ont-ils surpris ?

Après avoir posé ma question,  j’ai vécu un moment de vide mais aussi de peur. On se demande quelles seront les conséquences de ce qu’on a dit. J’ai pris conscience de la portée de la question quand j’ai quitté l’hémicycle surtout lorsque les journalistes sont venus nombreux vers moi. Ce qui m’a frappé surtout c’est que certains députés qui sont venus me saluer avaient les larmes aux yeux. Je me suis dit qu’il se passe quelque chose.

Vous avez évité de parler des causes de ce qui s’est passé en Libye. C’est par peur de choquer ?

J’ai voulu m’adresser à la conscience des gens et à ce qu’il y a de plus profond de l’humanisme. Je sais que les Français tiennent beaucoup à la révolution de 1789 avec son héritage, ses errements et les erreurs qui ont pu être commises. S’ils rejettent les exactions qui ont été commise, notamment la terreur, elle reste un héritage important du point de vue du rayonnement de la France dans le monde. Par conséquent, c’est un acte que je voulais politique. Lorsque j’ai parlé de « notre histoire » j’ai bien ajouté que cela se passait en colonies françaises.

Donc il ne s’agit pas d’occulter le passé colonial de la France et de l’Europe ni de nier leur responsabilité dans le sous-développement d’une grande partie du monde, notamment en Afrique subsaharienne et le Maghreb. Dans ces pays dits « pauvres », il y a ce que Samir Amine a appelé « l’échange inégal ».

Amine, qui a essayé de mesurer le différentiel de force de travail et de valeur ajoutée dans les échanges de marchandises entre ces deux « blocs », soulève la question de la détérioration de l’échange entre les pays « sous-développés » au profit des pays « développés ». Il y a une part de travail et de la valeur sous-évalué des produits non transformés et non manufacturés, ce qui appauvrit certains pays. C’est aussi un peu ce qu’on retrouve dans le livre « Et l’Europe sous-développa l’Afrique ».

La communauté internationale a promis de bouger et Macron a qualifié ce qui s’est passé de « crimes contre l’humanité ». Comment évaluez-vous les actes par rapport aux promesses?

Pour l’instant, il faut dire que les choses n’ont pas vraiment bougé, aussi bien de la part de la France que de la part des chefs d’État africains malgré la grande déclaration à Dakar sur la question du droit de la protection et du rapatriement de leurs concitoyens. D’après les informations dont je dispose, il y a encore entre 400 et 700 mille personnes bloquées en Libye. Il semble que l’Europe s’accommode un peu du fait que l’existence de ces camps empêche les gens de traverser. Aujourd’hui encore, certains sont emprisonnés ou vendus et d’autres auxquels on demande aux familles de payer des rançons.

Pour moi la situation n’a pas évolué et il n’y a pas de transparence sur la manière dont on pourrait mettre fin au phénomène.

Absence de transparence de la part de qui?

La France et les Nations Unies notamment. Evidemment, ne soyons pas non plus naïfs. Il faut savoir que les gens quittent l’Afrique subsaharienne au détriment de leurs vies. Il y a ce phénomène où chacun pense que « l’autre ne s’est pas tiré, mais moi je pourrais m’en sortir« . Les gens quittent leurs pays parce qu’il y a l’attrait de l’Europe lié aux images mais aussi au fait que ceux qui sont partis ne parlent surtout pas de leurs conditions matérielles terribles.

Pensez que les scènes diffusées par CNN risquent de se répéter ?

On s’aperçoit que ça perdure. L’Europe a décidé d’intensifier ses aides aux pays subsahariens, mais ces aides, au regard des problèmes économiques réels qui existent, sont à mon avis insuffisantes. Il faut changer la politique africaine de l’Europe, c’est-à-dire la politique de la «  France-Afrique » qui vise non seulement les matières premières, mais aussi et surtout, les systèmes politiques à travers la mise en place d’hommes d’État, qui ne sont en fait que des hommes de paille à la solde des gouvernants étrangers et des grosses compagnies. Nous avons deux exemples, un qui est ancien et l’autre qui est plus récent.

Le paternalisme n’a pas changé et l’état d’esprit colonial n’a jamais changé en France même avec un gouvernement qui se veut « socialiste », « progressiste » ou « humaniste ». J’ajouterais aussi les communistes car lorsque j’étais étudiant à Paris, à l’époque où on était un peu indépendantistes et rêveurs, quand on leur parlait de l’indépendance ou de l’autonomie de la Guadeloupe, ils nous rétorquaient « mais pourquoi vous voulez  l’autonomie ?! Vous êtes français ! ».

Pensez-vous que le projet de loi asile et immigration peut ou va apporter des solutions ?

Une circulaire qui voudrait que les migrants soient contrôlés quand ils sont dans des centres d’hébergement, au risque que certains d’entre eux soient conduits dans des centres de rétention, je ne peux qu’être absolument contre. Il faut que la France clarifie sa politique migratoire. Si la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde et si l’Europe ne peut pas accueillir toute la misère du monde, il faut aider ces gens à rester chez eux. Pour cela, il faut que cette aide soit collective, inclusive et significative.

Bien sûr qu’il faut mener des actions contre la famine par exemple, mais il faut aussi, en un second temps, mettre en place un véritable transfert de connaissance. C’est ça la vraie coopération, parce que le grand problème de ces pays c’est la question de la capacité d’investissement. Or, il y a une vingtaine d’années la France a abandonné l’Afrique aux chinois. Les chinois ne font rien pour rien. Ils sont encore pire vis-à-vis de ceux qu’ils ne connaissent pas où qu’ils font semblant de ne pas connaître.

Élections en Italie : le pouvoir de l’égoïsme

Les élections en Italie du 4 mars 2018 ont décrété le plus grand succès de la Lega depuis sa création, à la fin des années 80. Ce parti d’extrême droite, confrère du Front National, a reçu 17 % des votes. Lors des dernières consultations, en 2013, il avait à peine atteint 4 %.

Ce résultat extraordinaire fait de la Lega aujourd’hui le premier parti de la coalition de droite et, en s’appelant pour la première fois dans son histoire sans l’acception « Nord », il s’impose comme parti représentatif de l’Italie entière. Matteo Salvini, son jeune leader, a basé une grande partie de sa campagne électorale sur la question des migrants et sur l’inefficacité des mesures adoptées par l’Europe.

La question migratoire au cœur du débat

Sur le site de la Lega on peut lire les slogans « Stop envahissement », « Esclaves de l’Europe? Non merci! » ou « D’abord les italiens ».

D’ailleurs, la question migratoire a été au centre de la campagne électorale de tous les partis, à gauche comme à droite. Le Mouvement 5 Étoiles, véritable gagnant des élections, a de son côté jugé comme «désastreuses» les politiques en matière d’immigration de l’Italie et de l’Europe. Le 5 mars, en commentant les résultats des élections italiennes, le Président Emmanuel Macron a lui aussi mis en avant « le facteur migration » comme élément déterminant le choix des italiens.

Pendant des mois, on a vu à la télévision italienne les images dramatiques de débarquements de migrants sur les côtes siciliennes. On a également entendu des mots hostiles envers l’Europe et les autres pays de l’Union, accusés de n’être pas assez solidaires envers l’Italie et la Grèce.

Fantasme ou réalité migratoire en Italie ?

Pour écrire cet article, j’ai voulu m’appuyer sur les chiffres réelles de la migration en Italie et en Europe, mais j’avoue que j’ai eu du mal à trouver des données claires et certaines. J’ai lu des chiffres parfois contradictoires et j’ai trouvé assez difficile, voire impossible, d’avoir dans la presse italienne une panoramique de la réelle portée du phénomène dans le Continent. Selon les données périodiques diffusées par le Ministère de l’Intérieur italien, les arrivées de migrants via la mer en Italie sont en baisse progressive depuis 2017 et continuent en 2018.

En Europe, l’Allemagne reste le pays qui accueille le plus grand nombre de migrants, suivi par le Royaume Uni, la France, l’Espagne et enfin l’Italie. Voir le lien vers les statistiques des migrations en Europe. On le sait, il s’agit d’un phénomène très difficile à appréhender. On a des chiffres sur les débarquements via la mer mais assez peu sur les nombres des migrants qui atteignent l’Europe via la terre ou en avion.

L’émotion et la peur plutôt que la réalité et la morale

Certes, le règlement Dublin III et l’institution des hotspots dans les pays qui forment la frontière de l’Europe ont alourdi l’accueil et l’identification des migrants en Italie ou en Grèce. L’Europe, c’est incontestable, n’a pas encore trouvé la voie pour faire face à une situation qu’on ne peut plus accepter d’appeler « critique », car ce mot inclue la notion de transitoire.

Pour ce qui concerne l’Italie, si on lit les données relatives au nombre des étrangers dans la péninsule, on apprend que leur présence est plus au moins stable depuis des décennies. Au-delà des statistiques, de par leur nature relatives et aléatoires, il semblerait que ce qui a vraiment compté dans les élections italiennes est la perception de la réalité plutôt que la réalité elle-même.

Les médias italiens ont-il une responsabilité ?

Les partis populistes, en proposant des recettes vagues ou inapplicables, ont plutôt chevauché la vague émotionnelle produite par les images des débarquements diffusées par la presse, laquelle à son tour ne s’est pas chargée de rendre une vision plus complète de la question. Les épisodes de violence et de racisme qui ont bouleversé l’opinion publique italienne dans les derniers mois (la fusillade de Macerata, l’assassinat d’une jeune fille pour lequel sont poursuivis deux nigériens, l’homicide d’un sénégalais à Florence le jour après les élections) sont nourris par un sentiment vif d’insécurité et de malaise que certains partis n’ont pas manqué d’utiliser comme propagande.

Tout cela dans un pays qui maintient désespéramment un taux du chômage parmi les plus hauts d’Europe et qui vit constamment dans une incertitude politique empêchant tout programme à long terme.

Pour citer un éditorial du journaliste Roberto Saviano, paru dans les pages de « La Repubblica » le 5 mars, voter pour un parti progressiste et européiste demande d’accepter de porter sur ses propres épaules le poids de valeurs et d’obligations morales. Les italiens, ce 4 mars, ont choisi l’égoïsme.

Iran : l’exigence de liberté

L’Iran à l’heure de la contestation sociale

Rédigé par V.Z.

Dans la librairie Iremmo (Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient) située dans le 5e arrondissement de Paris, toutes les chaises sont occupées. Attentifs, certains prennent des notes pendant que d’autres enregistrent la rencontre entre Clement Therme, spécialiste de l’Iran et chercheur à l’International Institute for Strategic Studies (IISS) et Dominique Vidal, journaliste et historien. L’Iran à l’heure de la contestation sociale est le point d’ancrage de la discussion.

Fin décembre – début janvier, une vague de contestation déferle sur l’Iran. Dans tout le pays, des iraniens sortent dans la rue pour crier à l’injustice. Ils seraient plus de 42 000 (selon le ministère iranien de l’Intérieur) à avoir affronté l’interdit.
Des scènes de violences entre les forces de l’ordre et les manifestants n’échappent pas à la presse internationale. Tout comme ces femmes, ‘’des sacrifiées’’ désigne le chercheur, qui s’élèvent sans leur voile au milieu de la foule. Mais comment expliquer qu’une telle contestation ait-pu éclater dans un pays aussi contrôlé par des services de renseignements, et où toute parole libre est vue comme une atteinte au pouvoir en place ?

Les éléments déclencheurs de la crise

Pour comprendre ces contestations, Clement Therme revient sur les éléments déclencheurs.
Depuis la révolution Iranienne de 1979, il y a une envie par le bas, à la fois de la classe populaire et de la classe moyenne, de voir se réaliser le ‘’rêve nationaliste iranien’’.

La population souhaiterait que les politiques se penchent d’avantage sur des questions d’ordre économique. Et pour cause, en 10 ans les iraniens ont perdu 15 % de leur pouvoir d’achat. Une situation difficile à supporter pour les classes moyennes et populaires, surtout au vu du potentiel et de la richesse du pays. Selon le chercheur, l’écart entre les potentialités et la réalisation, a développé chez les iraniens ‘’un sentiment d’injustice’’. A cela s’ajoute la dégradation de l’environnement dans la région. La construction de barrages et le stress hydrique assèchent les lacs. La stratégie d’autosuffisance voulue par le gouvernement est mise à mal. Ainsi ces dernières années, diverses revendications ont convergé avant de finir par exploser, en décembre dernier.

Toujours selon le spécialiste de l’Iran, ces manifestations sont d’abord à caractère politique avant d’être économique. En effet, il y a eu deux types de manifestations non autorisées. D’un côté, les manifestations de mécontentement, avec des slogans hostiles au gouvernement. Et de l’autre, des manifestations officielles appelées ‘’les clientèles du régime’’ et représentées par les fonctionnaires ou les partisans du régime.

Depuis la révolution iranienne, survenue il y a 39 ans, le pays n’a toujours pas émergé. Et pour cause, les conditions de vie des Iraniens se dégradent d’années en années. Le pays compte aujourd’hui 10 millions de pauvres. Beaucoup tentent de survivent à défaut de pouvoir vivre. D’après Clément Therme, les iraniens ‘’ne croient plus en l’avenir’’. Pour eux, ‘‘le futur ne sera pas meilleur que le présent’’.

Manifestation à Téhéran

Israël dans le débat

L’Iran est aussi au cœur de l’actualité en raison de l’escalade israélienne des derniers jours. Les avions israéliens ont en effet frappé des cibles du régime syrien et de ses alliés, soit en premier lieu l’Iran.
Les manifestations et l’interventionnisme à l’étranger sont donc liés puisque c’est l’économie qui en paye le prix. « Ce mouvement est une lame de fond », souligne Clément Therme. Les objectifs inscrits dans le programme économique du Président Rohani n’ont pas été atteint. Ils étaient de l’ordre de 50 milliards de dollars mais n’ont pas dépassé les 5 milliards de dollars, soit moins de 10 % de l’objectif.

Le chercheur lie cela à ce qu’appellent les Américains ‘’Le financement du terrorisme’’ désignant par là des groupes régionaux tels que le Hezbollah et le Hamas. Ceux qui pâtissent de cette politique, ce sont encore une fois les citoyens. Ainsi lors des manifestations, on pouvait trouver des slogans tels que ‘’Ne vous occupez plus de Gaza, occupez-vous de nous’’.

Enfin, l’un des autres aspects développés par Mr Therme pour expliquer la contestation générale, est la nostalgie de l’ancien régime, nommée ‘’L’époque Pahlavi’’, en référence à la dynastie fondée par Reza Khan en 1925, et qui a régné sur le pays jusqu’à l’avènement de la République islamique. Des pancartes ‘’J’ai fait la manifestation, je me suis trompé’’ ont elles aussi défilé à travers la foule.

Aujourd’hui, le mouvement continue mais de façon sporadique ‘’Il y a encore des foyers de mécontentement’’ souligne le chercheur. Et les arrestations n’en finissent plus. D’après Clément Therme, pour comprendre la mentalité actuelle des iraniens, il faut se demander si la peur du chaos est plus forte que la peur du changement. L’exigence de liberté pourrait bientôt prendre le dessus.

L’enlisement des forces au Sahel

Sahel : naissance d’un autre Afghanistan ?

Par Jean-Jules Lema Landu, journaliste congolais, réfugié en France

« On ne peut comparer que les choses comparables », conseille-t-on en science. Et de là, à aboutir à la conclusion hâtive : « Le Sahel n’est pas l’Afghanistan », il n’y a qu’un petit pas à franchir. Or, à y regarder l’évolution des deux situations de près, celle-ci repose sur deux éléments solides de comparaison. Au point de conduire vite à l’antithèse : « Le Sahel ressemble à l’Afghanistan ».

Carte du Sahel

En résumé, l’Afghanistan « rebelle » s’est créé sur fond de lutte d’influence entre l’ex-URSS et les Etats-Unis. L’hypothèse retenue était fondée sur l’idée selon laquelle « qui arriverait à imposer son idéologie à l’Afghanistan, serait incontestablement le maître du monde ». Rêve millénaire de puissance, à l’origine de la création des empires !

De fait, cette région-charnière entre l’Iran à l’ouest (faisant jonction avec le Moyen-Orient, jusqu’aux portes de l’Afrique), la Chine, à l’est, et l’Inde, au sud, constituait une véritable plaque tournante stratégique.

D’ailleurs, avant la présence de l’ex-URSS et, par la suite, celle des USA, ce sont les empires mongol de Gengis Khan (1220) et britannique (1839 – 1842), qui s’étaient fracassés sur ce « peuple fait en bronze ». Les Russes, humiliés, sont chassés entre 1988 et 1989, tandis que les Américains qui ont pris la relève, depuis, sont en train d’y mordre la poussière.

Ce qui étaye la thèse de comparaison, c’est, d’abord, cette succession de stratégies militaires opérées par les USA – ou, du moins, le changement de nom d’opérations – qui n’a rien modifié sur le terrain : « Forces américaines », « Alliance du Nord », lesquelles n’ont pas empêché la prise du pouvoir par les Talibans, en 1996. Et, en cours : « Force internationale d’assistance à la sécurité » (ISAF), sous l’égide de l’Otan, depuis 2001. En train de se déliter. Sans gloire.

Soldat en position dans le désert du Sahel

La vertu du dialogue

Engagées au Sahel depuis 2013, les forces françaises sont sur les traces des Américains. Au début dénommée « Serval », aujourd’hui, appelée « Barcane », elles cherchent des alliances, pour maintenir le cap. L’Occident y prête attention. La récente conférence de Munich sur la sécurité vient de le démontrer. L’Allemagne s’est déjà jetée à l’eau, alors que le « G5 Sahel », force de cinq pays africains concernés, a déjà pris forme.

C’est vrai que, si par rapport au temps, les deux situations se distinguent. Les Etats-Unis y croisent le fer depuis près de 30 ans, alors que la France pose ses premiers pas : cinq ans à peine. L’hypothèse d’enlisement du pays de Macron au Sahel n’est pas a priori à exclure.

« Enlisement », puisque aussi bien en Afghanistan qu’au Sahel, l’engagement militaire n’est pas d’ordre classique. C’est une guerre dite « asymétrique ». Souvent pérenne. Où l’adversaire, toujours insidieux, attaque à contre-pied et disparaît. Et, c’est là le deuxième élément de comparaison.

A mettre en perspective la situation qui prévaut au Sahel, avec cette spécificité d’un conflit tentaculaire qui gagne déjà du terrain au-delà du cercle sahélien, il ne serait pas téméraire de penser qu’un « deuxième Afghanistan » est en train de naître en Afrique de l’Ouest. Où la France défend, à la fois, son pré carré et la paix universelle.

Mais, au lieu de la guerre, au visage toujours hideux, ne serait-il pas avantageux d’envisager la vertu du dialogue avec les djihadistes et autres insurgés ? Et d’oublier ainsi cette débauche de moyens militaires forcément destructrice ?