Danièle Ohayon présente son Mai 68

Cette année célèbre le cinquantenaire de Mai 68. Pour l’occasion, Danièle Ohayon, journaliste, auteure et co-fondatrice de la Maison des Journalistes, et Patrick Fillioud, journaliste et fondateur des chaînes de radio Gilda, Europe 2 et BFM  publient “Mai 68 de A à Z” aux éditions Oskar. Un moment opportun pour retrouver Danièle Ohayon et ainsi en connaître davantage sur son propre Mai 68.

De Action, le journal militant de Mai 68, à Zig-Zag, allégorie à la nouvelle vie d’après 68, Danièle Ohayon a co-rédigé un abécédaire destiné particulièrement à la jeune génération. “Ce qu’on a voulu montrer aussi dans ce livre c’est que mai 68 c’est une richesse énorme et qu’on a encore beaucoup à en apprendre aujourd’hui”.

L’année 2018 est marquée par un grondement de la classe ouvrière et étudiante. Un contexte qui rappelle celui de Mai 68, dont certaines figures de proue s’exposent à nouveau. Daniel Cohn-Bendit fait partie de ces personnalités et pourtant déclare ne pas vouloir prendre part au mouvement. Comme il le disait “J’ai participé et écrit des dizaines de livres, j’ai tout dit pendant 49 ans et je ne vois pas pourquoi 50 ans après je continuerai à bavarder”.

Une étonnante déclaration de celui que l’on appelait “Dany le Rouge” il y a un demi-siècle de cela. Cependant, Danièle Ohayon ne s’insurge pas. “C’est vrai qu’on a beaucoup sollicité Daniel Cohn-Bendit donc c’est vrai qu’il n’a peut-être pas envie de jouer à la commémoration mais ce n’est pas ça qu’il remet en question. Le but du livre qu’on a écrit, c’était d’informer les jeunes générations, les collégiens, les lycéens, les étudiants, de ce qui s’était passé à ce moment là”.

C’est l’apparition d’une conscience politique dont j’ignorais l’existence.”

Pour l’auteure, Mai 68 a éveillé sa perception de la société “C’est l’apparition d’une conscience politique dont j’ignorais l’existence. La politique ne m’intéressait pas! Moi je voulais faire du théâtre! Bon bah finalement, j’en ai pas fait!”.

Lycéenne à l’époque, elle s’empresse de participer aux manifestations suite à la l’agression de son cousin, “un jour les garçons sont venus nous chercher pour manifester et pour mon cousin j’y suis allée”. Militante, Danièle Ohayon insiste sur le fait que Mai 68 soit source d’enseignement pour la population encore aujourd’hui. Elle se souvient du climat changeant de Mai 68 et des apports que ce bouleversement peut apporter. “Ce qui paraissait comme un discours complètement normal devient décalé, on voit les choses différemment. Parler de folie serait un peu dépréciatif mais c’est un mouvement collectif de pensée qui s’appuie sur les grèves, le débat.. C’est quelque chose qu’on a pas mal perdu actuellement”.

On se souvient du slogan “Consommez moins, vivez plus” pour décrier la société de consommation ; Danièle Ohayon espère pouvoir retrouver ce modèle qui selon elle ne serait que bénéfique pour la société actuelle. “’Il serait bien avisé de le retrouver [le mouvement lié au slogan NDLR] dans une perspective décroissante vis-à-vis des ressources de la planète.

“C’est le travail des écrivains et des historiens d’entretenir ” et non pas celui des journalistes.

Pour l’écrivaine, le journalisme commence à se reconsidérer sous une forme qui a longtemps été “critiquée” : le journalisme engagé. “Pas militant” insiste Danièle Ohayon  “mais un journalisme où on sait un petit peu ce que l’on veut démontrer”. Son recueil est là pour informer, nourrir le souvenir. Le travail des médias est donc tout autre. “Je vous informe de ça en vous montrant pourquoi c’est important pour telle et telle raison à mes yeux” projette l’auteure.

Elle se souvient de l’orientation que prenait le journalisme lors des révoltes de 68. Sous la forme d’un feuilleton. “Les journalistes, les jeunes, qu’on envoyait sur le terrain et qui racontaient minute après minute les manifestations […] ça passionnait la France”. Des reportages peu appréciés par le gouvernement de l’époque dont, Georges Pompidou, alors Premier ministre, dénonçait l’influence qu’ils pouvaient avoir sur les manifestants.


« Je ne peux pas ne pas souligner le rôle, en pareil cas difficilement évitable mais néfaste, de radios qui, sous prétexte d’informer, enflammaient, quand elles ne provoquaient pas. Entre la diffusion des renseignements et la complicité, entre le souci de recueillir les explications des manifestants et l’appel à la manifestation, il n’y a qu’un pas et qui fut franchi parfois allègrement. »

Georges Pompidou, le 14 mai 1968 devant l’Assemblée nationale.


Pourtant, Danièle Ohayon maintient son opinion. “Je pense que le rôle du journaliste aujourd’hui serait de s’engager un peu plus, tout en restant très solide sur ses bases d’information et de justifier pourquoi il délivre telle info. Le fait d’être saturé d’info ne donne pas plus d’armes pour interpréter la société.”

Répétition des conflits et des guerres : pourquoi l’homme perd-il la mémoire ?

En avril 2018, l’Académie des Sciences a réuni sous la coupole de l’Institut de France un panel éclectique dans le cadre des Rencontres Capitales. L’ancien Premier Ministre Bernard Cazeneuve, la directrice de la Maison des journalistes Darline Cothière, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, la philosophe Chantal Delsol, la rabbin Delphine Horvilleur et l’auteur Antoine Leiris ont discuté ensemble le thème : « Répétition des conflits et des guerres : pourquoi l’homme perd-il la mémoire ? ». La rencontre était animée par Alberic de Gouville, journaliste et vice-président de la MDJ.

Que faire des guerres passées ?

Que peut faire l’humanité de cette mémoire écrite par la violence et la haine ? On a tendance à penser que se souvenir permet de ne pas répéter ses erreurs.

Mais que penser alors quand les peuples ne cessent de se battre ? L’homme perd-il la mémoire ? Pistes de réflexions.

Darline Cothière, directrice de la Maison des journalistes, raconte comment la résilience est apparue comme une étape essentielle pour les journalistes exilés accueillis par l’association. Intimement lié à la mémoire, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik a théorisé la notion de « résilience » en France : « après un traumatisme soit on reste hébété, soit on se remet à vivre. C’est une définition simple et naïve de la résilience ».  Ce processus psychologique prend une place essentielle dans la vie d’un témoin de l’Histoire, comme le sont les journalistes en exil.

Les professionnels de l’information qui sont accompagnés par la MDJ ont pour beaucoup subi des oppressions, des emprisonnements, des tortures physiques et psychologiques. « Le traumatisme de la guerre peut être collectif mais il concerne aussi et surtout l’individu, il a touché sa chaire et son psychisme » a indiqué Darline Cothière.  Pour les acteurs de la lutte pour la liberté d’expression, « il est donc nécessaire de faire résilience pour continuer à témoigner ». Reprendre la lutte par le témoignage permet ainsi de poser une pierre fondatrice de la construction d’une vie contrainte à l’exil.

Façonner la mémoire collective

Le témoignage appelle aussi à questionner la transmission de la mémoire individuelle à la mémoire collective. Dans « Vous n’aurez pas ma haine », Antoine Leiris fait l’exercice de cette résilience. Pour lui et pour son fils, il décide d’avancer. Comment les proches des victimes des attentats du Bataclan continuent-ils de profiter de la musique et de la fête ? « Je pense qu’il faut une part d’oubli », explique-t-il. L’auteur confesse qu’il ne témoigne plus « sauf quand je suis entouré de personnes qui peuvent transformer mon histoire en mémoire et en intelligence ». Devenue une page de la mémoire collective française, l’histoire d’Antoine Leiris ne lui appartient plus vraiment.

L’histoire devient parfois récit. Comment les rescapés des camps de la mort trouvent-ils la force de témoigner de ce qu’ils ont subi, de ce qu’ils ont vu, de ce qu’ils voudraient peut-être pouvoir oublier, pour que les autres n’oublient pas ? C’est la littérature, l’art, l’école qui continuent à propager ces témoignages.

Boris Cyrulnik précise dans ce sens que « la mémoire n’est pas le retour au passé mais sa représentation ».  Une représentation fortement liée au politique. L’ancien Premier Ministre, Bernard Cazeneuve, considère que « la pensée politique est devenue a-historique. Pourtant la mémoire est fondamentale pour la démocratie. C’est par l’exercice de la mémoire que l’on peut corriger ce qui ne peut être accepté ».

Réunion d’avant-débat

« Il ne suffit pas de ne pas oublier »

Comment, dès lors, expliquer que l’humanité soit rappelée, toujours et encore, vers la guerre, le conflit et la violence ? Pour la philosophe Chantal Delsol, « il ne suffit pas de ne pas oublier ». Elle explique que les conflits naissent de l’exacerbation des différences. Or, la diversité fait partie de l’humanité. La guerre est donc vouée à revenir, constamment.

Une répétition, une redondance ou encore un « bégaiement de l’histoire » pour la rabbin Delphine Horvilleur : « on parle de la même manière et les mots reviennent : néo-fascistes, néo-collabo, par exemple. On utilise les vieux mots faute de mieux » a-t-elle conclu.

De là à dire que l’homme a perdu la mémoire, il n’y a qu’un pas que l’on pourrait franchir trop vite. Et aux vues des actualités qui éclaboussent les unes d’encre et de sang, difficile de prouver que les leçons de l’histoire sont encore vivaces dans les esprits. Et pourtant … si la mémoire n’empêche pas les conflits, « beaucoup de guerre sont déclarées à cause d’un excès de mémoire » rappelle Boris Cyrulnik.

Avant de conclure qu’aujourd’hui encore, l’humanité saigne pour une histoire vieille de 2000 ans.

Human Flow

[COUP DE CŒUR DE LA RÉDACTION] Film documentaire de l’artiste et dissident chinois Ai Weiwei, Human Flow, sorti en salles le 7 février dernier, illustre sans détour l’ampleur de la crise migratoire actuelle dans le monde. Un périple d’un an pour l’équipe du film qui est partie à la rencontre de réfugiés à travers 23 pays. Quelques 65 millions de personnes sont aujourd’hui forcées de quitter leur pays pour fuir la guerre, la famine et les bouleversements climatiques.

« Atelier de conversation » – Lutte pour la survie

L’atelier n’est pas un lieu de débat, personne trouve nécessaire d’imposer son point de vue mais plutôt d’écouter et rester attentif à l’autre. C’est peut être dû au fait de devoir s’exprimer dans une langue étrangère qui freine les participants et les empêche de donner libre voix à leurs émotions; ou peut être dû au fait de reconnaître dans l’autre sa propre condition.

« La non-violence ne s’est jamais traduite par de la passivité ou de la faiblesse »

Chargé de porter le message de son grand père, à travers le monde, Arun Manilal Gandhi, petit fils de Ghandi et fondateur du Ghandi Worldwide Education Institute est en ce moment en tournée dans 22 pays pour la promotion de son neuvième livre intitulé «Le pouvoir de la colère», traduit de l’anglais au français par les éditions Marabout. Rencontré le dimanche dernier, près de l’hôtel Edward 7, où il a séjourné pendant quelques jours, il nous a accordé une interview express que nous voulons vous livrer.

La plume dans le sang

Je veux aussi dire qu’il ne faut pas diviser les demandeurs d’asile en catégories : politique, économique… Nous sommes tous des êtres humains et nous devrions pouvoir jouir du droit à la vie comme il est inscrit dans les conventions internationales.

Attente et espoir

J’ai tout perdu : ma carrière de journaliste longue de 21 ans, toutes mes économies, je suis loin de ma famille, tout ça à cause d’un dictateur.