Festival de cinéma Douarnenez : la tradition a été respectée !

[FESTIVAL CINÉMA] Dans la catégorie cinéma, le poumon même du festival, les salles furent inondées du public. On pouvait assister à des files interminables de cinéphiles aux guichets décidèrent à regarder les différentes projections. Les organisateurs ont fait la promotion du septième art congolais, de retour de grâce, après plusieurs années de galère.

Sony Labou Tansi, le génie rebelle !

[CULTURE] Sony Labou Tansi, un nom qui résonne encore en echo bien des années après sa mort. Une réputation qui a dépassé les frontières du Congo, et même de l’Afrique. Pour preuve, depuis 2003, le Festival des Francophonies en Limousin décerne un prix, celui de la meilleure pièce de théâtre. Ce prix lui rend hommage en portant son nom.

15 bonnes raisons de venir au festival de cinéma de Douarnenez

[CULTURE & CONGO] Pendant le festival, cinq expositions sont organisées au centre ville de Douarnenez. Les artistes ont exposé des photos, des sculptures, des dessins et une mystérieuse exposition. Cette exposition est l’oeuvre d’Emmanuel Botalatala « Ministre des poubelles » qui vient de la République Démocratique du Congo.

Fable d’été : le loup n’avait pas tout compris 

[FABLE] C’est le temps des vacances, je me dépayse et te dédie cette fabulette écrite de ma propre patte pour te distraire un peu. Feuilletant le grand livre qu’une amie très proche lisait lorsqu’elle était enfant (éditions Fabbri, illustrations de Cremonini), j’ai été submergé par l’idée un peu mégalo (faut bien le dire) de poursuivre l’œuvre du fameux fabuliste français en publiant, moi aussi, une fable, laquelle serait dotée d’une morale, comme il se doit, vois-tu… La voici donc.

La Tsigane de lord Stanley – Conte insurgé de la route et du voyage

[SPECTACLE THÉÂTRE] «La Tsigane de lord Stanley» a eu lieu à la Halle des Blancs Manteaux dans le 4ème arrondissement. Une pièce de théâtre d’une heure qui a pour double thème l’exil et l’amour, avec la participation de 24 enfants comédiens-chanteurs. C’est un formidable travail de Christine Pellicane, metteuse en scène et auteure de nombreux spectacles de la compagnie Tamèrantong.

Danièle Ohayon présente son Mai 68

Cette année célèbre le cinquantenaire de Mai 68. Pour l’occasion, Danièle Ohayon, journaliste, auteure et co-fondatrice de la Maison des Journalistes, et Patrick Fillioud, journaliste et fondateur des chaînes de radio Gilda, Europe 2 et BFM  publient “Mai 68 de A à Z” aux éditions Oskar. Un moment opportun pour retrouver Danièle Ohayon et ainsi en connaître davantage sur son propre Mai 68.

De Action, le journal militant de Mai 68, à Zig-Zag, allégorie à la nouvelle vie d’après 68, Danièle Ohayon a co-rédigé un abécédaire destiné particulièrement à la jeune génération. “Ce qu’on a voulu montrer aussi dans ce livre c’est que mai 68 c’est une richesse énorme et qu’on a encore beaucoup à en apprendre aujourd’hui”.

L’année 2018 est marquée par un grondement de la classe ouvrière et étudiante. Un contexte qui rappelle celui de Mai 68, dont certaines figures de proue s’exposent à nouveau. Daniel Cohn-Bendit fait partie de ces personnalités et pourtant déclare ne pas vouloir prendre part au mouvement. Comme il le disait “J’ai participé et écrit des dizaines de livres, j’ai tout dit pendant 49 ans et je ne vois pas pourquoi 50 ans après je continuerai à bavarder”.

Une étonnante déclaration de celui que l’on appelait “Dany le Rouge” il y a un demi-siècle de cela. Cependant, Danièle Ohayon ne s’insurge pas. “C’est vrai qu’on a beaucoup sollicité Daniel Cohn-Bendit donc c’est vrai qu’il n’a peut-être pas envie de jouer à la commémoration mais ce n’est pas ça qu’il remet en question. Le but du livre qu’on a écrit, c’était d’informer les jeunes générations, les collégiens, les lycéens, les étudiants, de ce qui s’était passé à ce moment là”.

C’est l’apparition d’une conscience politique dont j’ignorais l’existence.”

Pour l’auteure, Mai 68 a éveillé sa perception de la société “C’est l’apparition d’une conscience politique dont j’ignorais l’existence. La politique ne m’intéressait pas! Moi je voulais faire du théâtre! Bon bah finalement, j’en ai pas fait!”.

Lycéenne à l’époque, elle s’empresse de participer aux manifestations suite à la l’agression de son cousin, “un jour les garçons sont venus nous chercher pour manifester et pour mon cousin j’y suis allée”. Militante, Danièle Ohayon insiste sur le fait que Mai 68 soit source d’enseignement pour la population encore aujourd’hui. Elle se souvient du climat changeant de Mai 68 et des apports que ce bouleversement peut apporter. “Ce qui paraissait comme un discours complètement normal devient décalé, on voit les choses différemment. Parler de folie serait un peu dépréciatif mais c’est un mouvement collectif de pensée qui s’appuie sur les grèves, le débat.. C’est quelque chose qu’on a pas mal perdu actuellement”.

On se souvient du slogan “Consommez moins, vivez plus” pour décrier la société de consommation ; Danièle Ohayon espère pouvoir retrouver ce modèle qui selon elle ne serait que bénéfique pour la société actuelle. “’Il serait bien avisé de le retrouver [le mouvement lié au slogan NDLR] dans une perspective décroissante vis-à-vis des ressources de la planète.

“C’est le travail des écrivains et des historiens d’entretenir ” et non pas celui des journalistes.

Pour l’écrivaine, le journalisme commence à se reconsidérer sous une forme qui a longtemps été “critiquée” : le journalisme engagé. “Pas militant” insiste Danièle Ohayon  “mais un journalisme où on sait un petit peu ce que l’on veut démontrer”. Son recueil est là pour informer, nourrir le souvenir. Le travail des médias est donc tout autre. “Je vous informe de ça en vous montrant pourquoi c’est important pour telle et telle raison à mes yeux” projette l’auteure.

Elle se souvient de l’orientation que prenait le journalisme lors des révoltes de 68. Sous la forme d’un feuilleton. “Les journalistes, les jeunes, qu’on envoyait sur le terrain et qui racontaient minute après minute les manifestations […] ça passionnait la France”. Des reportages peu appréciés par le gouvernement de l’époque dont, Georges Pompidou, alors Premier ministre, dénonçait l’influence qu’ils pouvaient avoir sur les manifestants.


« Je ne peux pas ne pas souligner le rôle, en pareil cas difficilement évitable mais néfaste, de radios qui, sous prétexte d’informer, enflammaient, quand elles ne provoquaient pas. Entre la diffusion des renseignements et la complicité, entre le souci de recueillir les explications des manifestants et l’appel à la manifestation, il n’y a qu’un pas et qui fut franchi parfois allègrement. »

Georges Pompidou, le 14 mai 1968 devant l’Assemblée nationale.


Pourtant, Danièle Ohayon maintient son opinion. “Je pense que le rôle du journaliste aujourd’hui serait de s’engager un peu plus, tout en restant très solide sur ses bases d’information et de justifier pourquoi il délivre telle info. Le fait d’être saturé d’info ne donne pas plus d’armes pour interpréter la société.”

Roland Garros 2018 : Balles sur le terrain de tennis

Un des éventements mondiales le plus attendu – Roland Garros 2018 – se réunit pour la 117ème fois de son histoire avec autour de lui, des regards du monde entier.

[TENNIS] Le 21 mai 2018 a débuté les qualifications du tournoi de Roland Garros. C’était la première semaine du tournoi qui dure trois semaines en tout. Beaucoup de représentants internationalement connus de ce sport ont joué sur le terrain de Roland Garros pendant ces quelques semaines.