• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Jean-Jules LEMA LANDU]

C’est à Bordeaux, en France, que s’est tenu le colloque de la cinquième édition « Bonne Nouvelles d’Afrique », organisé par la FPI (Fondation Prospective Innovation). Cette fondation d’émanation française, qui vise à impulser le développement économique du continent, a réuni, en juin, experts, hommes politiques et chefs d’entreprise sur le thème « L’Afrique nouvelle locomotive de l’économie ? ».

(crédits : Thomas Sanson / static.latribune.fr)

Interrogation cruciale sur le continent, cependant passée inaperçue, au regard du flux d’informations jugées « capitales » qui submergent les médias. Aussi n’a-t-on pas vu circuler de commentaires à ce sujet, qui auraient pu contribuer à enrichir davantage la réflexion.
Qu’en était-il ? Les participants ont tenu à relever les entraves aussi bien que les atouts qui sont à la porte du continent, avec pour objectif de mettre en exergue l’ « afro-optimisme » exalté par Mandela : « Nous arrivons au siècle de l’Afrique, un siècle où l’Afrique aura sa place parmi les nations du monde ». C’est, d’ailleurs, un point de vue que partagent beaucoup d’observateurs intéressés par la marche du continent.
L’Afrique, en haut de l’affiche ? Ils l’ont dit, à Bordeaux. Et le registre est brillant, quant aux atouts qu’il arbore. Hormis les richesses du sol et du sous-sol, qui ne sont plus à démontrer, les experts ont mis en avant la « force démographique ». En dépit des contradictions que recèle cette théorie. En fait, d’ici à l’horizon 2030, 30 % de la population mondiale sera africaine ; elle se portera à près de 40 %, en 2060.

Se débarrasser de toute entrave
Vue sur son côté positif, cette croissance donnera lieu à un « boom » de la classe moyenne que la Banque africaine de développement évalue à 1,4 milliards d’individus. Les participants y ont vu un « véritable réservoir » de fondateurs de PME, une des bases du développement économique. Les pays développés, aujourd’hui, en ont fait l’heureuse l’expérience.

Mention spéciale a été accordée à la coopération afro-chinoise. Le colloque a mesuré le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique, qui a été multiplié par 20 depuis les années 2000. Une bonne chose, a-t-on souligné, car Pékin dispose de 3.700 milliards de dollars de réserve en devises étrangères pouvant servir à financer les projets d’infrastructures et accélérer le processus d’industrialisation du continent.
C’est l’un des atouts majeurs : les financements par des capitaux étrangers. A titre d’exemple, les experts ont projeté que d’ici à quelques années, Pékin pourrait réaliser 150.000 km de câble de fibre optique traversant 48 pays, pour un investissement de 15 milliards de dollars.

Le revers de la médaille a été, à son tour, passé au peigne fin. Parmi les « effets de criquet » : explosion démographique (couteau à double tranchant), question liée aux inégalités, corruption endémique, programmes de santé publique au rabais, insécurité, manque de clairvoyance de certains dirigeants…

Conclusion, pour ce continent de contraste, le colloque de Bordeaux a prévenu, mais sur un ton d’optimisme : « Les signes prometteurs sont nombreux, mais la croissance africaine est une équation à plusieurs inconnues ; nul ne peut anticiper sur la conjoncture à venir ». Pari risqué ?
Aux Africains donc de prendre conscience de ces atouts afin de les impulser dans la bonne direction. Et de faire en sorte de se débarrasser de toute entrave pour la marche en avant du continent.

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL