• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Carole Attioumou-Sérikpa]

Depuis le 11 avril 2011, la presse ivoirienne est en quête de repères tant ses journalistes sont persécutés, réduits à se justifier, s’humilier, voire à y laisser leur peau, simplement parce qu’ils n’aspirent qu’à exercer leur métier. Pour preuve, le cas Awa Ehoura et de certains autres confrères et tout récemment le cas de cinq journaux suspendus.

actu_image_1021

Il a fallu une collecte de fonds pour venir au chevet de l’ex-présentatrice vedette du 20h sur la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) pour l’aider à supporter la précarité financière dans laquelle l’a plongé les nouveaux dirigeants ivoiriens après leur accession au pouvoir le 11 avril 2011. Awa Ehoura a subi des menaces d’assassinat, le gel de ses comptes bancaires et un licenciement abusif de la RTI. Son péché, en plus de présenter le 20h, elle présentait également une émission intitulée Raison d’Etat sur la première chaîne nationale. Et elle recevait sur le plateau de l’émission des juristes, des hommes politiques et de la société civile pour se prononcer sur le respect des institutions républicaines et de l’Etat, suite à la crise qui prévalait à l’issue du scrutin présidentiel de 2010. Pour mémoire, l’un de ces invités, le français Philippe Remond, a d’ailleurs été assassiné pendant la prise de Yamoussoukro par les forces militaires pro-Ouattara en 2011.

En dépit de son état de santé (diabétique), Awa Ehoura n’a pas pu éviter la furia des nouveaux maîtres de la Côte d’Ivoire, qui n’ont ménagé aucun effort pour la réduire à néant. Aujourd’hui encore, elle continue de payer au prix fort le choix de n’avoir rien fait d’autre que son métier, le journalisme.
Certains hommes de médias dont Pierre Brou Amessan, Débi Dally, Claude Franck About, Yo Claude Armand Virgile, Ben Zahui Degbou, Franck Anderson Kouassi, Franck Dally, Pol Dokoui, Ousmane Sy savané, Herman Aboua, Mambo Abbé, Mireille Abié, pour ne citer que ceux-là se sont retrouvés soit emprisonnés, soit contraints à l’exil.

Dans l’ensemble, ces journalistes ont vu leur domiciles pillés par les miliciens du nouveau régime d’Abidjan. Ils sont licenciés, déchus de leur poste de responsabilité sans droits, leur compte sont gelés et vivent dans le spectre d’être à tout moment assassinés, parce qu’ils ont fait leur métier. Ils sont traqués pour avoir exercé sous Laurent Gbagbo. Ceux qui ont eu moins de chance (Sylvain Gagneteau, Désiré Oué…) ont purement et simplement été assassinés pour avoir fait leur travail.

Pol Dokoui, ex-responsable de Radio Côte d'Ivoire, malade et contraint à l'exil

Pol Dokoui, ex-responsable de Radio Côte d’Ivoire, malade et contraint à l’exil

Un tableau qui traduit fort bien la volonté manifeste de l’homme fort d’Abidjan de réduire au silence et avoir à sa merci la presse ivoirienne en vue de disposer d’elle à sa guise. La situation qu’a connu les journaux Le Temps, Aujourd’hui, Le Quotidien d’Abidjan (opposition) et Soir Info (indépendant), dans la crise qui l’opposait au CNP en est une illustration parfaite.

A l’exception de Bôlkotch, les responsables des autres journaux ont fait patte blanche en présentant leur excuse à Raphaël Lapké pour préserver les emplois et éviter la précarité à leurs journalistes. Du coup ils ont bénéficié de la clémence du CNP qui a levé la sanction qui leur avait été infligée. Tandis que l’hebdomadaire satirique créé par Laurent Gbagbo, continue de digérer sa flagellation pour son insoumission à sa majesté.

Ainsi va la presse ivoirienne après 3 ans de dictature que dis-je, 3 ans de pouvoir d’Alassane Dramane Ouattara.

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL