• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Lisa Viola ROSSI]

elysengabire

Depuis septembre 2015, Elyse Ngabire est réfugiée en France, à la Maison des journalistes. Journaliste burundaise du Groupe de presse Iwacu, en charge des questions politiques, elle était également la coordinatrice des émissions réalisées avec les quatre anciens Chefs d’Etat burundais. Jusqu’à septembre 2015, quand neuf agents ont tenté de l’arrêter à son domicile.

AssisesTours2016-6Vendredi, 28 août 2015. Elyse Ngabire avait signé un article intitulé « Fini le dialogue ! » qui critiquait la non tenue des promesses par le président Pierre Nkurunziza, à sa prestation de serment pour un troisième mandat contesté. La journaliste enquêtait au même temps sur les origines du premier vice-président de la République qui commençaient à produire des polémiques dans l’opinion burundaise. Le pouvoir ne les a pas tolérées, et il a engagé des poursuites policières. De peur d’être emprisonnée comme cela a été le cas en 2010 ou d’être tuée, la plume d’Iwacu a décidé de quitter le pays pour sa sécurité.

Aujourd’hui, Elyse Ngabire est inscrite à l’Université Paris 1, Master 2 Recherche, Société en Développement. Du coup, elle continue d’exercer son métier de journaliste. Elle collabore avec L’œil de l’exilé , le journal de la MDJ. Elle est aussi correspondante du Groupe de presse Iwacu en France et en Europe. Interview.

Comment et quand as-tu découvert ta vocation de journaliste ?
C’est lorsque j’ai terminé mon bac que je me suis rendue compte que je voulais devenir journaliste. Nous sommes en 1996. Malheureusement, dans mon pays, il n’y avait pas d’école de journalisme et je me suis contentée de faire la Faculté Médecine pendant deux ans.
Mais l’idée de devenir journaliste ne m’a pas quittée et j’ai décidé en 2000 d’abandonner la Médecine. En 2001, je me suis inscrite à l’Université Lumière de Bujumbura, Faculté des Sciences de la Communication. Il ne s’agissait pas non plus d’études de journalisme mais de quelque chose de semblable qui m’en rapprochait un peu et me permettait de postuler pour ce métier. J’ai terminé en 2006 et j’ai été recrutée deux ans plus tard au Groupe de presse Iwacu comme journaliste en charge des questions politiques.

Comment est née ta passion envers la res publica ? Est-ce que ta lutte pour la démocratie est née à un moment précis ?

Melchior Ndadaye (source : rfi.fr)

Melchior Ndadaye (source : rfi.fr)

Oui. En 1993, j’avais exactement 17 ans et le Burundi organisait les premières élections démocratiques depuis son indépendance le 1er juillet 1962. Mes parents et quelques membres de ma famille étaient pour le changement et ils ont voté pour le président Melchior Ndadaye. Toutefois, trois mois après sa victoire, le président Ndadaye est tué ainsi que ses proches collaborateurs par une clique de militaires qui n’avaient rien compris de la démocratie et de la volonté populaire.
Même si je n’avais pas l’âge requis pour voter (18 ans), je suivais tout de même les campagnes électorales. Depuis cette époque, la politique est ma préoccupation et je me sentais très engagée à l’idée de défendre la liberté d’expression, qui est l’un des piliers de la démocratie.

Est-ce qu’il y a un sujet auquel tu es particulièrement liée, un objet qui a un sens spécial pour toi ?
Le statut de la liberté. C’est un symbole fort pour moi. J’estime que la liberté constitue le pilier si bien dans le métier de journalisme que dans d’autres secteurs de la vie. Il est la pierre angulaire de la démocratie.

Est-ce que tu te souviens d’une interview ou d’une rencontre qui t’a particulièrement marquée ?
Durant mes huit ans de métier, j’ai réalisé plusieurs interviews qui m’ont marquée personnellement et j’en garde trois en mémoire. La première, c’est avec Mgr Simon Ntamwana, archevêque de Gitega. Une large opinion estimait qu’il soutenait le pouvoir du Cndd-Fdd mais à la suite de son interview, tout le monde était étonné de constater qu’il regrettait de sa gestion du pouvoir.
La deuxième interview, c’était avec le président de la Commission Terre et Autres Biens (CNTB) Mgr Sérapion Bambonanire, un homme très controversé et très contesté dans l’opinion nationale.  Quand je l’ai rencontré, il a révélé la décision du gouvernement de rendre aux Hutu les terres qui leurs avaient été prises lors du massacre de 1972. Bambonanire ignorait que cette opération devait passer sous silence. Cette interview a provoqué un scandale dans la classe politique, en le forçant à rétracter ses propres mots.
Troisième interview, c’est avec le député Manassé Nzobonimpa, un ancien militant du Cndd-Fdd et ancien compagnon de lutte de Nkurunziza. Je l’ai rencontré à l’extérieur du pays où il s’était réfugié suite à une mésentente entre lui et le président Nkurunziza. Mon interview a été également un scoop.

Est-ce que tu as une personnalité de référence, un exemple à suivre ?
Oui, deux personnalités : Nelson Mandela et Gandhi. Ils ont beaucoup lutté pour la non- violence, contre la discrimination et pour la liberté.

Elyse Ngabire montre l’édition du 28 août 2015 du journal Iwacu (source : leprogres.fr)

Elyse Ngabire montre l’édition du 28 août 2015 du journal Iwacu (source : leprogres.fr)

Est-ce qu’il y a un reportage ou un projet que tu es particulièrement fière d’avoir réalisé ?
Pendant deux ans, j’ai travaillé sur un projet intitulé « Si Ma Mémoire Est Bonne » qui abordait les enjeux et le contexte sociopolitique du Burundi en les analysant au travers de l’histoire récente et lointaine du pays.
A l’issue du projet, le journal Iwacu pour lequel je travaille et auquel je reste très attachée a sorti un livre de 149 pages. Les articles ont eu un grand succès. Ils ont été très appréciés et d’une richesse inouïe.
En outre, en 2014, j’ai coordonné un cycle d’émissions avec quatre anciens chefs d’Etat burundais. C’était la première fois qu’ils témoignaient sur leur gestion du pouvoir, leurs réussites et leurs échecs. Ce cycle a connu un très grand succès d’audience dans la conjoncture électorale burundaise.

Est-ce que tu peux donner une définition à ton sentiment de l’exil ?
Il est difficile de le définir car ça me fait vraiment très mal quand je réalise que je n’ai pas le droit de vivre dans mon pays.
J’ai l’impression d’avoir tout perdu : mon pays surtout. Je suis repartie à zéro. Or, dans mon pays, j’envisageais d’entreprendre plusieurs projets professionnels et privés, ce qui n’est pas le cas dans ma situation actuelle.

Comment tu te sens maintenant ?
Ça me fait très mal au cœur parfois quand j’y pense. La mort dans l’âme, je n’ai pas le choix parce que je me dis qu’au moins je suis en sécurité en France. J’ai pu sauver ma vie, c’est ça qui est essentiel.

Est-ce que l’exil t’a changée ? En quel sens ?
Oui, il m’a changée à la fois de manière positive et négative. En France et la MDJ, j’ai rencontré des journalistes qui viennent de presque partout dans le monde. Et nous avons tous un dénominateur commun : nous avons été poursuivis, persécutés, nous avons laissé nos familles derrière nous, etc… parce que nous avons dénoncé les abus de pouvoirs dictatoriaux dans nos différents pays. Cela m’a permis de comprendre que les journalistes prennent des risques au nom de la liberté et du respect des principes démocratiques. Ça c’est le côté positif.
Toutefois, je regrette que nous ne soyons pas soutenus par nos confrères ou consœurs journalistes français. J’aurais souhaité qu’ils nous aident à intégrer notre métier. C’est dommage que des journalistes exilés soient obligés de changer de métier parce que c’est difficile de trouver une place dans les médias français. Il est vrai que la langue constitue un handicap pour certains journalistes exilés mais c’est également compliqué celles et ceux qui parlons le français. Et c’est l’avenir de tout un métier qui est en danger.

Est-ce que tu penses que l’exil c’est plus compliqué pour une femme que pour un homme?
C’est plus compliqué pour une femme surtout quand elle n’est pas avec sa famille. On n’a pas le cœur tranquille. Chaque fois, on se dit qu’il peut lui arriver quelque chose de mal. Et dans le contexte où la procédure de réunification familiale prend beaucoup de temps, vous comprenez pourquoi une femme doit s’inquiéter.

AssisesTours2016-5-1024x768

L’intervention d’Elyse Ngabire aux Assises du journalisme de Tours 2016

Comment t’es-tu sentie et te sens-tu en France en tant que journaliste réfugiée ?
Je me sens plus ou moins en sécurité. Malgré les derniers attentats, je reste persuadée que je ne suis pas ciblée personnellement. La sécurité c’est quelque chose de très important pour moi compte tenu du contexte de violence dans lequel se trouve mon pays depuis le 26 avril dernier à la suite de la décision du président Nkurunziza et de son parti de briguer le troisième mandat contre l’Accord d’Arusha et la Constitution burundaise.
En tant que journaliste réfugiée, je déplore l’absence de soutien des professionnels des médias français. Nous sommes un peu laissés à nous-mêmes et le risque d’abandonner ce métier est grand pour certains confrères et consœurs réfugiés.

Comment tu te vois dans 5 ans ?
Je souhaite ardemment continuer mon métier de journaliste et être un reporter spécialiste des questions en rapport avec le Burundi et pourquoi pas ailleurs dans le monde. Mon désir, c’est également celui d’aider des Burundais qui veulent écrire mais qui ne savent pas où commencer de réaliser leur rêve.

Quel est le message que tu considères le plus important à passer à l’opinion publique internationale ?
Des situations conflictuelles contraignent souvent des populations en général et des journalistes en particulier à quitter leurs domiciles et s’installer ailleurs. Le cas des journalistes réfugiés est très particulier. Les organisations des professionnels des médias sont appelés à agir vite pour que l’intégration professionnelle suive le chaleureaux accueil qui nous est reservé à la Maison des journalistes.
Aux citoyens des pays qui accueillent des réfugiés, je leur exhorte de traiter ces derniers avec humanisme car on ne choisit pas d’être réfugié.

 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL