• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Hicham MANSOURI]

Cet article a été publié en partenariat avec le journal Kezako du Festival de Douarnenez

Le festival de Douarnenez n’attire pas que les vieux ! Mavel Desenclos, 13 ans, fait partie de ce très jeune public séduit par la riche programmation de cet événement estival. « ​Je viens ici depuis quatre ans car ​je veux faire carrière dans le cinéma », déclare très fier le jeune homme qui va rentrer cette année en quatrième. Dans son collège, il dit ne pas avoir un club dédié au cinéma, inversement à un club de musique et un autre de théâtre. Le festival constitue donc pour lui une très bonne occasion d’enrichir sa culture cinématographique, mais aussi de rencontrer les professionnels du septième art et d’échanger avec eux. Chose qu’il essaye de faire à la fin de chaque film.

Mavel Desenclos

Cette année, il en a déjà vu deux. Il a beaucoup aimé le film d’animation Buddy Joe qui raconte la lutte au quotidien d’un artiste-décorateur de 70 ans contre la maladie de Parkinson. Mavel l’avoue, il ne connaissait pas cette maladie. Mais ce n’est pas tout ce qu’il a appris loin des bancs de l’école. « ​J’ai aussi découvert, grâce aux films, la vie des sportifs. »

Mavel pense que le festival pourrait attirer beaucoup plus de ​jeunes de son âge. « Mes copains sont en vacances, beaucoup ne viennent pas ici », note-t-il. S’il ne trouve pas d’explication à cette aberration, il suggère aux organisateurs de programmer, en plus des films d’animation, quelques œuvres récentes adaptées aux plus jeunes, « comme Ted ». ​Mais Marvel n’est pas attiré uniquement par les films, il vient aussi de temps en temps au local de la webradio se familiariser avec le métier de journaliste. « J’ai appris un petit peu sur le montage et les techniques de son. C’est chaud ! », lance-t-il dans un sourire.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL