• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

Un poème de Nahid SIRAJ

Traduit de l’anglais au français par Denis PERRIN,

(téléchargez la version originale)

Notebooks @Nahid SIRAJ

 

…Et alors ce jour-là à la Bastille

Surgit le plus précieux des frissons

Provenant du plus profond du Rhin et de sa puissance

Avec “eine wundersame melodei”.

 

Bénis soient mes yeux,

Psyché pourrait être séduite

Comment pourriez -vous chérir ceci,

« Sans devenir cupide ? »

 

Et maintenant se tourner vers Dieu ? S’arroger la lyre  d’Orphée ?

La musique peut-elle parler à l’oreille  d’une sirène des temps nouveaux ?

“Ich weiß nicht’, mais ‘ich so traurig bin”.

Cortisol ? Ou Serotonin ? Que faut-il pour vaincre ?

 

Ma tête est envahie de paroles,

Mon coeur exilé,

Elle vient de ta terre, Heine !

Ce n’est pas seulement une œuvre  d’art !

 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL