• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

Un poème de Rana ZEID.
Traduit de l’arabe au français par Dima Abdallah‏.

© Muzaffar Salman‏

© Muzaffar Salman‏

Je suis Ô Dieu une feuille jaune

Et toi cinq saisons,

Et une chatte affamée

Qui s’amuse de mon angoisse avec ses griffes.

Je ne vois pas ce qu’il y a derrière la vitre sale

Je hume seulement l’air printanier,

Les fissures dans les murs aspirent mon âme

Loin,

Les feuilles jaunes

Près de mon cœur

Sont mon cœur.

Tout ce qui est au-dessus des pierres

Dans le puits

Ce qui est au-dessus de moi

Me fait chanter

Pour une ville blanche,

N’est brume que moi

Sur la route vers elle,

Tout ce qui vient de la faiblesse de l’amour

Pour moi seule,

Mes doigts ne sont pas faits pour les paroles rapides

Je fais vite seulement,

Pour que Dieu me jette au paradis.

 

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL