Noam Chomsky : la dissidence comme moyen d’éveil

[Par Johanna GALIS]

Il existe peu d’intellectuels reconnus aujourd’hui et considérés d’entrée de jeu comme des penseurs dissidents. Si l’on regarde le paysage médiatique qui nous entoure, peu d’entre eux sortent du « moule de la position à prendre » envers un sujet donné. Ils préfèrent choisir un camp dans un débat, sans oser publiquement avoir le recul nécessaire pour réfléchir à la fabrique, aux origines-mêmes de ce qui fait que le sujet qui fait tant gloser a été mis sur la table.

Affiche du documentaire Requiem for the American Dream ©kpfa.org

Affiche du documentaire Requiem for the American Dream ©kpfa.org

Noam Chomsky fait partie de ceux qui prennent une certaine distance sur la machine médiatique – étatique, aussi. Il parle de « la fabrication du consentement », dans un essai ainsi nommé, co-rédigé avec le sociologue Edward Hermann. Notre place dans la société occidentale est ainsi vivement critiquée : nous serions modelés par les intérêts des puissants, qui sont à la tête de grands médias, pour que notre manière de vivre aille dans le sens de leurs propres bénéfices.

Un requiem pour une société différente

Le documentaire Requiem for the American Dream des réalisateurs Peter D.Hutchison et Kelly Nyks est actuellement diffusé sur la plateforme de streaming en ligne Netflix. Il propose de nous introduire à certains thèmes majeurs de la pensée de Chomsky, notamment quand celle-ci se fait critique de la société américaine. Sa vision peut cependant s’appliquer à nombre d’Etats occidentaux.

Le sociologue et linguiste commence par dresser un constat terrible. Nous sommes entrés progressivement dans une dyade vicieuse : nous formons de manière complètement passive une alliance néfaste avec ceux qui concentrent à eux seuls la plus grande partie des richesses et des pouvoirs de notre société. Cette infirme partie de la population, celle qui détient de très grosses fortunes, modèle l’idéologie et façonne le consentement d’un peuple dont elle détient les rennes. Elle peut être associée aux institutions financières et aux multinationales par exemple. Dans son essai La Richesse des Nations (1776), l’économiste Adam Smith affirme que « les principaux acteurs du politique sont ceux qui détiennent la société » : et en effet, grâce à un mouvement progressif lancé depuis les années soixante-dix, l’économie a bougé sur un aspect crucial ; elle s’est financiarisée. En 2007, plus de quarante pour cent du PIB (Produit Intérieur Brut) des Etats-Unis est basé sur la spéculation financière.

Noam Chomsky pendant le mouvement Occupy Wall Street en 2011 ©en.wikipedia.org

Noam Chomsky pendant le mouvement Occupy Wall Street en 2011 ©en.wikipedia.org

Il n’est cependant jamais aisé de maîtriser une population par la force. C’est là que l’industrie du marketing et de la publicité interviennent, pour créer de faux besoins chez l’individu qui devient un consommateur passif. Dès les années vingt, des pages de mode ont été insérées dans les journaux et magazines pour distraire le lecteur et prendre l’espace d’importants sujets de société. De quoi laisser son esprit critique en veille et diriger les masses vers des choses plus superficielles, pour que les dirigeants ne soient plus ennuyés par elles. Le peuple doit ainsi être transformé en spectateur pour ne pas participer au fonctionnement du monde qui l’entoure : d’où l’importance de sa relation aux médias qui le happent, quand il est, de manière de plus en plus fréquente, face à un écran d’ordinateur ou la télévision.

Quand le Président Obama remporta la victoire aux élections de 2008, il reçut un prix d’un institut publicitaire pour la meilleure campagne marketing proposée par un politique. Des dirigeants d’entreprise ont déclaré à ce moment là : « Les candidats se vendent comme du dentifrice auprès du public depuis Reagan ».
Et il semble bien que sans une certaine connaissance précise du monde qui nous entoure, nous n’agirons que comme des produits d’une économie qui s’est remodelée ces quarante dernières années au profit des grands. D’où l’intérêt, grâce à ce documentaire, de commencer à prendre du recul sur la manière dont on cherche à nous fabriquer.

Noam Chomsky, professeur émérite à M.I.T et dont la reconnaissance auprès du grand public n’est plus à prouver, nous incite dans Requiem for the American Dream, qui se décline sous la forme de dix principes portant sur la concentration des richesses et du pouvoir aux Etats-Unis, à éveiller notre esprit critique sur les rouages de notre monde – nous sommes incités à consommer encore plus pour nous maintenir dans un état servil. Il s’agit d’avoir un regard critique sur ceux qui manient les ficelles de ce grand spectacle. D’où l’intérêt de prendre la main sur la manière dont nous vivons car, comme disait l’historien et proche de Chomsky Howard Zinn, « Seules importent les innombrables petites actions des inconnus qui posent les bases des évènements significatifs entrant dans l’Histoire ».