• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Nguebla MAKAILA]

Le Sénégal attire les partenaires au développement et les institutions internationales par sa stabilité politique et son cadre démocratique souvent appréciés. Situé en Afrique de l’Ouest, il est l’un des rares pays sur le continent où la presse est indépendante, la société civile active et l’espace politique ouvert aux règles du jeu démocratique.

Qui sont ces REFUGIES-photo1

Reconnu pour sa « téranga » (hospitalité en wolof, langue vernaculaire), le Sénégal accueille des demandeurs d’asile et des réfugiés qui vivent dans la précarité totale sur les plans administratif, social, juridique et humanitaire. Ils sont contraints par la guerre ainsi que les conflits politiques et armés à quitter leur domicile, en quête d’une protection humanitaire et d’une sécurité dans une sous-région instable et déstabilisée.

Le Sénégal accueille 38 000 réfugiés en tout. La plupart viennent de pays limitrophes. En voici le panorama.

Mauritanie : contraints par le conflit négro-mauritanien de 1989, des milliers de personnes ont trouvé refuge au Sénégal et bénéficient de la protection du Haut Commissariat pour les Réfugiés de l’ONU. Vingt-quatre ans après, les réfugiés négro-mauritaniens vivent encore au Sénégal, oubliés par la communauté internationale. Ils n’ont aucun statut légal dans le pays, confrontés aux difficultés d’emploi et autres aléas tels que le non-accès aux soins médicaux et aux logements).

Gambie : traumatisés par une dictature féroce de Yaya Diamé, arrivé au pouvoir par un coup d’Etat le 22 juillet 1994, plusieurs ressortissants gambiens dont des journalistes, des défenseurs de l’homme, des militaires et autres ont dû fuir leur pays pour se réfugier au Sénégal voisin, craignant pour leur sécurité. Parmi eux, il y a des personnes homosexuelles qui sont traquées par le régime et non acceptées par une société africaine répulsive.

Côte d’Ivoire : de nombreux Ivoiriens ont fui la guerre civile qu’a connue le pays de 2002 à 2010. Ils se sont réfugiés au Sénégal où ils ont bénéficié de la protection du Haut Commissariat pour les Réfugiés de l’ONU. Mais, après la période de l’élection présidentielle de 2010, ces derniers sont abandonnés à eux-mêmes par les organisations humanitaires internationales qui ont estimé que le pays connaissait un retour à la paix. Certains réfugiés ont refusé de regagner leur pays d’origine sans garantie de sécurité et de protection effective. Or, toutes les aides sociales ont été suspendues, ce qui explique la précarité dans laquelle ils sont plongés ces dernières années.

Guinée-Conakry : suite aux événements successifs de 2007 et 2009, la Guinée Conakry, est entrée dans une instabilité politique avec la mort naturelle du Général Lansana Conté et la prise du pouvoir par le capitaine Moussa Dadis Camara. Plusieurs Guinéens dont les femmes et des enfants ont fui vers le Sénégal à cause des violences politiques et ethniques. Ils sont peu nombreux à obtenir le statut de réfugié politique dont le motif reste inavoué. Ils vivent dans l’angoisse permanente.

Qui sont ces REFUGIES-photo3

Au nombre de ces réfugiés issus des pays environnants du Sénégal, s’ajoutent d’autres venus du Soudan, de l’Erythrée, du Tchad, du Gabon, de la RDC, et du Rwanda. Ce sont des pays où règnent généralement des régimes répressifs et autocratiques sans alternance démocratique ni politique. Les organisations internationales en charge des réfugiés et demandeurs d’asile affirment ne pas être responsables de la situation difficile que connaissent ceux-ci au Sénégal.

Qui sont ces REFUGIES-photo2

Selon Djibrine Baldé, chargé des réfugiés et demandeurs d’asile pour International Refugee Right Initiative : « le Gouvernement ne fait aucun effort pour améliorer les conditions de vie des gens qu’il accueille sur son territoire ». Cette hospitalité se fait pourtant au titre de la Convention de Genève de 1951 qu’il a signée et ratifiée en matière de protection humanitaire.
Contactée par nos soins, la Commission Nationale d’Eligibilité (équivalent de l’OFPRA en France) , n’ a pas donné suite.

La situation des réfugiés et demandeurs d’asile au Sénégal rend difficile les activités des associations sénégalaises et d’autres institutions humanitaires qui souhaitent améliorer les conditions de vie des ces personnes contraintes à quitter leurs pays pour des raisons d’opinion politique, d’exercice de leurs métiers, des conflits armés et d’instabilité sociopolitique qui caractérisent récurrente sur le continent. Afin de trouver des réponses aux préoccupations des réfugiés et de leurs soutiens, le Gouvernement sénégalais doit davantage faire preuve de volonté politique et du respect de ses engagements internationaux.

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL