• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Iyad ABDALLAH]

Traduit par Hossam Sockarieh

Un véritable Hiroshima, commencé avec le début de la révolution syrienne en mars 2011 lorsque le gouvernement a maté sans hésiter les citoyens descendus dans la rue pour réclamer des réformes, qui ne peuvent aboutir qu’à travers le départ du régime même, se déroule depuis plusieurs années en Syrie et se poursuit aujourd’hui encore.
APTOPIX Mideast Syria
Depuis plusieurs jours, la communauté internationale se prépare à commémorer l’anniversaire des victimes d’Hiroshima mortes lors du bombardement de leur ville à l’arme atomique. Cette même scène internationale semble oublier les Syriens. Pourtant, eux aussi se préparent à célébrer l’anniversaire des victimes massacrées dans un bombardement dont la date coïncide avec celle du bombardement d’Hiroshima. Si les dégâts n’ont ni la force ni l’intensité de ceux causés par l’arme atomique, l’arme chimique utilisée n’en appartient pas moins à la même famille : celle des armes de destruction massive.
Alors que le monde entier se mobilise pour commémorer les victimes d’Hiroshima afin qu’elles demeurent gravées dans la mémoire collective et qu’un tel crime ne se reproduise plus, les Syriens se préparent seuls à commémorer leur carnage. Et ils s’interrogent : pourquoi sont-ils seuls à porter le deuil de leurs proches? Une arme de destruction massive a bien été utilisée dans les deux massacres. La guerre en Syrie est, elle aussi, une guerre mondiale. En dépit de ces différences, on est en droit de penser que la tragédie des Syriens mériterait d’être plus présente dans les consciences car elle se déroule aujourd’hui, aux yeux du monde entier directement touché par les cohortes de réfugiés, tous porteurs de leur propre histoire. Et parce qu’un dictateur assassin extermine son peuple, le torture, le pousse à l’exil et livre le pays tout entier à l’enfer d’un fascisme qui agite le drapeau du djihad et de l’islam sur la dépouille des Syriens et ne leur promet qu’un avenir de fascisme et de haine non moins différent de ce qu’il combattait. Derrière tout cela se tiennent des Etats, des régimes, des organisations. Seuls, sans appuis, Les Syriens se retrouvent écrasés par le rouleau compresseur de la famine et de l’exil.

(source : buzzfeed.com)

(source : buzzfeed.com)

Récemment, des observateurs ont élaboré des propositions et des analyses sur l’avenir de la Syrie. Parmi eux, certains qui hier encore affirmaient que Bachar Al-Assad n’avait aucun avenir soutiennent aujourd’hui qu’il pourrait jouer un rôle dans le futur, même s’ils modèrent leur propos en ajoutant que ce rôle serait modéré et limité à une période transitoire. Pour ceux qui défendent cette position, la nécessité de lutter contre le terrorisme est un argument essentiel. Ce qui signifie implicitement qu’ils ne considèrent pas les actes du régime syrien comme terroristes, mais bien au contraire qu’ils considèrent ce régime comme un allié indispensable dans la lutte de la communauté internationale contre le fléau du terrorisme. C’est la logique du « soit l’un, soit l’autre ». Autrement dit, il faut choisir entre le régime de Bachar Al-Assad, ou celui de Daech, d’Al-Nousha et des autres groupes du même acabit.
La réalité, c’est que certains aujourd’hui ont limité leur choix à cette logique binaire. Opter de gré ou de force pour l’un de ces choix, c’est laisser triompher le mal dans l’avenir. C’est du moins la leçon que nous, les Syriens, avons retenue des politiques iniques qui ont marqué notre histoire. Au temps de Hafez al-Assad, c’est une ville entière qui a été détruite et des dizaines de milliers de personnes qui ont été tuées, arrêtées ou ont disparu. Avec le fils, c’est le pays tout entier qui est ravagé et des centaines de milliers de personnes qui ont été tuées, arrêtées ou sont portées disparues, auxquelles s’ajoutent des millions d’autres contraintes à l’exil. Avec l’apparition des forces obscurantistes qui déteste la vie, oppriment le peuple et le mettent à mort, on se demande quel sera le prix à payer si le ce régime est maintenu envers et contre tout. Ne laisser la place qu’à cette alternative, « soit le régime, soit DAASH et ses similaires », cela signifie une reconnaissance net de ces deux régimes, et que l’avenir sera pour les deux ensemble, ou pour l’un des deux. Le sentiment de désespoir et l’infertilité a commencé à gagner les milieux des jeunes qui sont les moteurs du mouvement national démocratique et le moral dans la révolution syrienne. Nous trouvons chez eux la même adéquation : le choix entre le régime ou DAASH : certains vont chez l’un et d’autres vont chez l’autre. C’est le désespoir de la justice du monde, l’obscurité et le handicap face à l’énorme catastrophe qui gagne le pays et ses habitants.

Les corps sans vie d'enfants dans la banlieue de Damas, en Syrie, le 21 août. (HOEP/AP/SIPA)

Les corps sans vie d’enfants dans la banlieue de Damas, en Syrie, le 21 août. (HOEP/AP/SIPA)

Il y a deux ans, le 21 août 2013, un massacre à l’arme chimique été commis dans la Ghouta de Damas, causant la mort de près de 1500 personnes, essentiellement des femmes et des enfants. La plupart des victimes sont des civils qui habitaient la zone aux côtés des combattants. Les conséquences du massacre sont visibles aujourd’hui dans les malformations constatées chez les nouveaux-nés de cette région. Ce jour-là, la communauté internationale a désavoué le régime syrien responsable de ce massacre, mettant de ce fait les alliés de Bachar al-Assad dans l’embarras. Qui, en effet, pourrait soutenir un tel crime? Mais il semble que la politique et l’intérêt aient une logique à part dans laquelle la justice et la vie humaine ne figurent pas. Ce simulacre de justice internationale s’est soldé par l’abandon de l’arme chimique mais pas des autres armes avec lesquelles le régime continue à tuer les Syriens.
Au départ, la mobilisation de la communauté internationale et l’abandon de l’arme chimique ont constitué la preuve que l’acteur de ce crime était bien le régime syrien, ce qu’ont confirmé les rapports d’organisations internationales . Aujourd’hui, deux ans après, la communauté internationale a voulu commémorer le massacre à sa façon. Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution prévoyant la création d’un mécanisme permettant de désigner les responsables de l’usage du gaz chimique en Syrie. A son tour, le régime de Bachar Al-Assad, en tant que membre de cette communauté internationale, a voulu célébrer l’événement en pilonnant de ses avions de chasse un marché populaire dans la même zone, tuant ainsi une centaine de personnes et en blessant des centaines d’autres. Ce nouveau massacre est passé inaperçu, comme les autres d’ailleurs qui durent depuis plus de quatre ans. Pourquoi ? Parce que l’arme utilisée est acceptée par la communauté et personne ne l’obligera à ne pas utiliser ses avions de chasse. Aux dernières informations, on apprend que la Russie vient de livrer de nouveaux appareils.
On dit toujours que lorsque l’homme perd la justice sur terre, il se tourne vers le ciel. Voilà peut-être pourquoi des Syriens se tournent, aujourd’hui, vers l’extrémisme.
Aujourd’hui le désespoir de ne pas trouver une justice constitue une menace pour la vie et alimente des idéologies mortifères qui deviennent les seules réalités avec lesquelles il faudra vivre.

 

 

Laisser un commentaire


  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL