• facebook
  • Instagram
  • youtube
  • twitter
  • vimeo
  • contact
  • rss
  • Google+

[Par Sakher EDRIS]

Photos de Mortaza BEHBOUDI

IMG_8883Naji al Jerf a été assassiné à Gaziantep par un tireur équipé d’un silencieux, comme Ibrahim Abdul Kader, un membre de «Raqqa qu’on égorge Silencieusement (RBSS) » et son collègue Fares Hammadi, qui ont été retrouvés décapités dans la ville turque d’Urfa par des assassins inconnus. Daech avait menacé Naji, et en conséquence, il en avait informé la sécurité turque le 29 juin 2015, mais aucune mesure n’a pas été prise pour le protéger.

Le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression appelle le gouvernement turc à protéger les journalistes syriens ciblées et les acteurs de l’information, et souligne la nécessité de traiter ces menaces au sérieux et de prendre toutes les mesures de sécurité pour assurer la sécurité des journalistes.

Les lois locales en Turquie assurent la protection des citoyens turcs et de tous les individus résidants à l’intérieur du territoire turc. En outre, l’article 79 du Protocole Additionnel aux Conventions de Genève de 1949 souligne que les journalistes civils qui exercent leurs fonctions dans les conflits armés doivent être respectés et protégés contre toutes les formes d’attaques délibérées.

Le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression appelle tous les Etats signataires de la Charte des Nations Unies et de ses agences à agir immédiatement pour assurer la protection et la sécurité des journalistes, des acteurs de l’information et le personnel associé, et d’engager toutes les procédures nécessaires pour éviter l’impunité des auteurs de ces crimes, conformément à leurs obligations en vertu du droit international et des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, en particulier la résolution 1738 qui a été adoptée par le Conseil de sécurité le 23 décembre 2006, et la résolution 2222 qui a été adoptée par le Conseil de sécurité le 27 mai 2015.

IMG_8890C’est une terrible tragédie pour toute la communauté internationale et pour l’humanité, si ceux qui travaillent pour faire connaître les événements et les faits ayant lieu en Syrie meurent au cours de leur mission. Ceci est le résultat de la faiblesse de la protection locale et internationale et de la poursuite de la mobilisation des extrémistes fondée sur l’intolérance et la négation des droits à la liberté d’expression. De telles pratiques sont le fait de toutes les parties du conflit syrien, en particulier le gouvernement syrien et l’organisation de l’Etat islamique « Daesh ».

A noter : Le numéro vert du Comité international de la Croix-Rouge est à la disposition des journalistes qui font face à des difficultés lors de conflits armés. Son but est de fournir la protection et l’assistance nécessaires, via le numéro de téléphone : +41792173285 ou via le bureau de CICR le plus proche.

Pour contacter le Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression :

courriel : y.b@scm.bz

tél. : 009415222092537

  • SUIVEZ-NOUS !

  • SUIVEZ-NOUS !

  • INFORMATIONS

  • NOS PARTENAIRES

L'ANCIENNE VERSION DE L'OEIL